Dimanche 25 février 2018

Le galeriste Patrick Seguin se constitue partie civile dans l’affaire de Bordeaux

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 3 décembre 2008

PARIS [03.12.08] – Le galeriste parisien Patrick Seguin se constitue partie civile dans l’affaire du démantèlement dans la région de bordeaux d’un trafic de copies de mobilier d’art.

Patrick Seguin© Frédéric Marigaux

Patrick Seguin a annoncé lundi 1er décembre dans un communiqué, sa décision de se porter partie civile dans l’affaire du trafic de copies de mobilier et d’objets d’art démantelé la semaine dernière, a rapporté l’AFP.

Ce célèbre antiquaire parisien est en effet un expert reconnu du mobilier Jean Prouvé, Charlotte Perriand et Alexandre Noll, qui figuraient parmi les designers copiés par les faussaires. Patrick Seguin a demandé « au syndicat national des antiquaires de bien vouloir prendre des dispositions pour que de tels faits ne se reproduisent pas ».

Ce trafic qui implique 6 personnes, a débuté en 2001 dans la famille d’un peintre-copiste, décédé en 2006. L’affaire avait été reprise par son fils qui employait les services d’un ébéniste ukrainien. Celui-ci réalisait des copies de mobilier et d’objets d’art au sein du château familial situé à Prignac-et-Marcamps, qui étaient vendues par la suite sur le marché international. Les marchands impliqués dans la vente de ces marchandises n’ont pour le moment pas été identifiés.

Site Internet : www.patrickseguin.com

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque