Vendredi 30 octobre 2020

Chaque mois, Élisabeth Couturier présente un objet cher à un artiste. Ce mois-ci...

Le crâne de tortue géante de Miguel Chevalier

Par Élisabeth Couturier · L'ŒIL

Le 26 juin 2017 - 586 mots

FÉTICHE - Choix inattendu : Miguel Chevalier, l’artiste qui plonge les visiteurs au centre de gigantesques projections de pixels engendrant des formes qui se réinventent à l’infini grâce à des calculs algorithmiques avancés, en pince pour un crâne de tortue géante !

Un des plus vieux animaux terrestres, de la famille des serpents, apparu il y a environ 250 millions d’années ! Une espèce parmi les toutes premières sur terre. Une incroyable trouvaille, selon l’intéressé : « Je l’ai découvert par hasard sur une plage d’Isla Mujeres. Tout le monde m’avait déconseillé d’aller dans cette région du Mexique très dangereuse pour ses tornades. Mais j’avais 18 ans, j’étais un peu inconscient et j’effectuais mon premier grand voyage en bus Greyhound des USA au sud du Mexique où j’avais passé mon enfance. Cet objet extraordinaire avait été rejeté par la mer après un terrible cyclone qui s’était abattu dans sur le Yucatan. Une fois que j’ai récupéré ce trésor, je l’ai transporté, en prenant mille précautions, tout le long des 7 500 km qu’il me restait à parcourir pour revenir à New York puis en France ! » La passion pour ce genre d’objets remonte à son plus jeune âge, explique Miguel Chevalier : « Avec mes parents, nous faisions de longues promenades sur les plages du Pacifique et de l’Atlantique. Je collectionnais toutes sortes d’objets insolites, comme des os de seiche, des verres polis, des bouchons de liège érodés… J’ai toujours été fasciné par ces incroyables débris que la mer polit, aplanit, sculpte… » Il aime caresser son crâne fétiche qui trône dans son atelier, entre deux ordinateurs superpuissants. Le choc des temporalités ? Oui et non. Cet artiste chercheur, qui invente des galaxies de chiffres codés, des sacs et des ressacs de figures géométriques programmées, des chaînes de formules arithmétiques, des jardins extraordinaires qui s’autorégénèrent, reste avant tout un esthète. Ce diplômé des Beaux-Arts et des Arts déco de Paris admire la forme aérodynamique et futuriste de son talisman : « Il est magnifiquement dessiné, dit-il, ce pourrait être le casque d’un soldat d’une armée d’envahisseurs venus d’une autre planète. Quand je l’ai rapporté de mon périple, il a rejoint ma collection de crânes étonnants que j’avais commencée depuis quelques années. Je possédais déjà un hippopotame, un tigre et une girafe. Il ne s’agissait pas de trophées de chasseurs, mais des restes d’animaux morts naturellement. » La référence à la science-fiction semble évidente de la part de celui qui crée des motifs en arborescence et des mondes envoûtants en donnant vie à des formules abstraites, à des codes binaires et à des myriades d’équations. On pense aussi au thème pictural de la vanité, sujet moralisateur où figurent bougies et crânes, inspiré de la Bible et rappelant à l’homme la fameuse sentence de l’Ecclésiaste : « Souviens-toi que tu vas mourir. » Mais cet aspect-là ne retient pas l’attention de Miguel Chevalier, pour qui ce crâne est un objet bienveillant. Il lui inspire les mondes imaginaires qui plongent le spectateur dans un tourbillon de figures enivrantes, comme c’est actuellement le cas au domaine de Chaumont-sur-Loire et au Forum des Halles, ou, précédemment, aux Baux-de-Provence. Sans parler des très nombreux projets en cours aux quatre coins du monde… Des partitions visuelles baptisées, entre autres, Pixels Waves, Nuage fractal, Attracteurs étranges, L’Origine du monde, etc. En fait, l’objet qui retient l’attention de Miguel Chevalier le renvoie à la mer et à ses fonds abyssaux… Une fascination qui ne l’a jamais quitté et que l’artiste tente de recréer avec ses digitales arabesques ondoyantes et ses vortex tournoyants.

« Pixels Wave Light 2017 »,
œuvre permanente au Forum des Halles à Paris. Tous les jours de 8 h à 22 h.
« Miguel Chevalier, In-Out/Paradis artificiels »,
jusqu’au 5 novembre 2017. Domaine régional de Chaumont-sur-Loire, Chaumont-sur-Loire (41). Ouvert tous les jours de 10 h à 19 h durant l’été. Tarifs : 18 et 11,5 € pour accéder à l’ensemble du domaine. www.domaine-chaumont.fr
« Hortus 2.0 »,
exposition collective, jusqu’au au 27 août 2017. Musée Louis Vouland, 17, rue Victor-Hugo, Avignon (84). Du mardi au dimanche de 14 h à 18 h. Tarifs : 4 et 6 €. www.vouland.com
« De nature en sculpture »,
exposition collective, jusqu’au 1er novembre 2017. Fondation Villa Datris, 7, avenue des Quatre-Otages, L’Isle-sur-la-Sorgue (84). Ouvert tous les jours sauf le mardi en juillet et août, de 11 h à 13 h et de 14 h à 19 h, et le dimanche sans interruption. Gratuit. www.villadatris.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°703 du 1 juillet 2017, avec le titre suivant : Le crâne de tortue géante de Miguel Chevalier

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque