Le Centre Pompidou donne toute sa place à Télémaque

Par Itzhak Goldberg · lejournaldesarts.fr

Le 24 février 2015 - 317 mots

PARIS [24.02.15] - Hervé Télémaque n’avait pas été vu à Paris dans un lieu public depuis l’exposition sur la Figuration Narrative en 2008. La rétrospective qui ouvre mercredi au Centre Pompidou, que le JdA a pu visiter, rend honneur au peintre.

Pour une rétrospective, c’est une rétrospective. Et il en fallait une, tant Hervé Télémaque ne sait pas rester en place. Abstraction, Surréalisme, Figuration Narrative, re-abstraction … peinture, collages, sculpture, mini-installation… Le grand mérite de la nouvelle exposition du Centre Pompidou est de montrer l’ensemble de cette production plastique avec simplicité et clarté. Le parcours est chronologique, les travaux, accrochés sur des fonds blancs, respirent.

Selon le commissaire de l’exposition, Christian Briend, l’essentiel des prêts vient des collections publiques. L’artiste, en effet, souhaitait montrer sa reconnaissance aux différentes institutions (Frac, Fnac, Musée d’art moderne) qui, à partir de 1972, ont fait l’acquisition de ses œuvres. Situation paradoxale, car malgré cette présence et la place qu’il occupe dans l’histoire de l’art, Télémaque fut peu exposé.

Le visiteur peut constater qu’après les débuts abstraits de l’artiste aux Etats-Unis (les toiles sont regroupées dans la première salle), celui-ci arrive en 1961 à Paris où il rencontre le Surréalisme (en la personne de Breton) et fait un retour sur la figuration. Surréalisme, car les objets qu’il manipule ou les personnages qu’il introduit, fragmentés, flottant sur les surfaces, sont davantage des signes que des images imitant la réalité. Le formidable My Darling Clementine (1963) est un cow-boy recyclé par la bande dessinée, entouré de photos mais aussi de formes innommables.

Ce collage pictural est caractéristique de l’œuvre entière de Télémaque, faite de couleurs pimpantes, posées en aplats, cernées par des contours nets. Plaisir visuel ? Sans doute, mais qui ne fait pas oublier ses origines haïtiennes. Ainsi, les « sculptures maigres » (1968) font penser aux étranges totems vaudous. Toutefois, ces références à la négritude ne sont jamais lourdes. Comme sa peinture.

Hervé Télémaque

Commissaire : Christian Briend
Œuvres : 150

En savoir plus
Consulter la biographie de Hervé Télémaque

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque