Le Centre des monuments nationaux souhaite rouvrir au plus vite le Logis Royal du Château d'Angers

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 25 mars 2009

ANGERS [25.03.09] - Le 10 janvier dernier, un incendie ravageait la toiture et la charpente du logis royal du château d’Angers. Les travaux de restaurations doivent démarrer en janvier 2010.

Le 18 mars a été signée une convention entre la Fondation du patrimoine, le Centre des Monuments nationaux et Commerce et d’Industrie de Maine-et-Loire pour le lancement d'une souscription en faveur de la restauration du Logis Royal du château d’Angers, endommagé par un incendie en janvier 2009. Le coût total des opérations a été estimé à sept millions d’euros : cinq pour les restaurations et deux pour les nouveaux aménagements. Les travaux devraient débuter en janvier 2010 pour s’achever à l’été 2011.

Un court circuit dans les combles, entre la couverture et le lambris serait la cause de l’incendie. Grâce à la mobilisation du personnel le pire à pu être évité. Aucun blessé n’est à déplorer et les œuvres présentes ont été également évacuées à temps. Le mur pignon séparant le logis royal de la chapelle attenante a contenu les flammes et évité leur propagation au reste de l’édifice. La destruction de la toiture et de la charpente du logis est par contre quasi totale. Les planchers quant à eux restent fragilisés par la quantité d’eau ayant été déversée afin d’éteindre l’incendie. Quelques éléments de maçonnerie ayant subi de fortes variations de températures, dues à la chaleur extrême de l’incendie et aux gels de cet hiver nécessiteront également des attentions particulières.

Lors de la visite de Mme Albanel, Ministre de la Culture et ce dès le lendemain, des mesures d’urgence ont été prises et confiées à l’architecte en chef des monuments historiques Gabor Mester de Parajd. Dans un premier temps des entreprises ont été réquisitionnées afin d’assurer les mesures de sauvegarde immédiate et sécuriser l’accès au bâtiment. Les menuiseries extérieures sculptées ont été déposées, une étanchéité et un système de purge ont été mis en place au sol du dernier étage afin d’évacuer au maximum l’eau encore contenue dans le bâtiment.

Actuellement, un « parapluie » qui protégera l’édifice des intempéries pendant la durée des travaux est en cours d’installation. Il se compose d’un échafaudage recouvert d’une grande couverture. Parallèlement a été lancée une étude des rénovations nécessaires. La charpente et la couverture seront entièrement reconstruites. Les planchers fragilisés seront remplacés par de nouveaux intégrant un système chauffant, ce qui assurera à l’édifice un meilleur rendement énergétique. Le réseau électrique sera repensé dans son intégralité. Les maçonneries de l’escalier nord ainsi que les lucarnes de la façade de même exposition, seront restaurées. Les travaux prévus permettront aussi d’améliorer l’accès du bâtiment aux personnes à mobilité réduite. L’escalier sud accueillera désormais un ascenseur, un escalier de secours sera installé sur façade occidentale, calé entre les grands contreforts. Les volumétries originelles seront préservées, une nouvelle scénographie présentera l’histoire de la dynastie d’Anjou.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque