Mardi 11 décembre 2018

La vente de BD par Millon atteint 1,2 million d’euros et confirme l’essor de ce marché

Par Éléonore Thery · lejournaldesarts.fr

Le 11 décembre 2012 - 884 mots

PARIS [11.12.12] - Organisée par la SVV Millon en duplex entre Paris et Bruxelles, la vente de bande dessinée du dimanche 9 décembre a totalisé 1,2 million d’euros, frais compris, couronnant Astérix, Bill et Manara. Une nouvelle preuve de la vitalité de ce marché émergent où opère notamment Artcurial.

Dimanche 9 décembre, se déroulait une vente de bande dessinée organisée par Millon en association avec Alain Huberty et Marc Breyne, experts de la vente et directeurs de la galerie Les Petits Papiers, installée dans la capitale belge depuis 25 ans. Réunissant les grandes signatures de la bande dessinée européenne, des auteurs modernes et des B.D. érotiques, la vente a totalisé 1,2 million d’euros, frais compris, un résultat satisfaisant pour une estimation globale de 1 à 1,2 million et une hausse de 40 % par rapport à ses précédentes enchères de juin. Sur les 317 lots, 255 ont trouvé preneur, soit un faible taux d’invendus de 19,5 %.

Œuvre phare de la vente, une planche d’Uderzo à l’encre de Chine pour La grande traversée d’Astérix a été adjugée à 110 000 € hors frais, dépassant de près de 20 % son estimation haute. Un record a été atteint par une planche de Roba, extraite de Jeux de Bill, estimée entre 25 000 et 30 000 € et partie à 33 000 €. Autre grand nom de la BD franco-belge, une encre de chine de Franquin pour Gaston, estimée entre 50 000 et 60 000 €, a été adjugée 60 000 €. Déception en revanche pour le dessin d’Hergé destiné au film d’animation Tintin et le temple du soleil, estimé entre 75 000 et 80 000 euros, et qui n’a pas trouvé preneur. Côté BD moderne, Tardi a réalisé de très bons scores avec sa couverture de Nestor Burma "m'as-tu vu en cadavre ?" vendue à 15 000 € et une planche de Le der des ders, adjugée à 14 500 €, doublant toutes deux leur estimation basse. Fleuron de la BD érotique, Manara a obtenu un score remarquable avec la très grande illustration extraite de Stanze del desiderio, qui a atteint 34 000 € hors frais, pour une estimation entre 18 000 et 20 000 €. « Il s’agit du seul auteur de BD à la notoriété véritablement mondiale » précise Alain Huberty, expert de la vente.

Parmi les 300 acheteurs, notons la présence d’une banque suisse ayant emporté deux lots et celle d’un fonds d’investissement en provenance de Hong-Kong « une première dans ce secteur chez Millon » d’après l’expert.

Alexandre Millon, à la tête de la société qui devrait totaliser 32 millions de chiffre d’affaire en France en 2012 et conserver ainsi la quatrième place sur le marché français, commente « Nous pouvons maintenant parler de duopole avec Artcurial pour la BD ». Millon a été l’un des précurseurs du secteur, en se lançant sur le marché il y a 6 ans, et se distingue par des partenariats de long terme avec des artistes tels que Manara.

Face à Millon, le leader mondial du secteur, Artcurial, aligne des chiffres impressionnants : près de 12 millions de chiffre d’affaires pour le 9e art en 2012, soit une hausse spectaculaire de 82 % par rapport à l’an passé. Le 2 juin dernier, la maison a établi le record du monde pour une œuvre de bande dessinée avec la vente d’une illustration originale de Tintin en Amérique qui s’était envolée à 1,3 million d’euros, frais compris. Sa dernière vente des 23 et 24 novembre a affiché un résultat global de 3 millions d’euros. Autre acteur du marché, Piasa, qui organise notamment des ventes récurrentes d’œuvres d’Hergé, a enregistré le 18 novembre dernier un chiffre total de 274 250 €.

Mais ne rentre pas qui veut sur le marché émergent du 9e art. Les résultats de l’anglo-saxonne Sotheby’s pour sa première vente de BD le 4 juillet dernier ont été mitigés. Certes, la maison a affiché 650 000 € d’enchères et un score tout à fait honorable pour une planche originale de L’étoile mystérieuse, adjugée 234 750 euros frais compris, mais deux tiers des lots sont restés invendus. Chez Pierre Bergé, après avoir inauguré en fanfare un département BD à l’automne 2011 avec quatre ventes dont l’une, décevante, consacrée à Jacques Martin, l’expérience n’a pas été renouvelée en 2012. L'étude Tajan, qui s'était fait remarquer aux côtés de la Galerie Daniel Maghen en 2010 avec une vente totalisant 1,2 million d’euros, n'a rien proposé par la suite.

Le marché de la bande dessinée, en pleine expansion, se polarise aujourd’hui sur Paris, Bruxelles et les États-Unis. La clientèle se dirige vers des valeurs sûres, telles qu’Hergé, Uderzo, Tardi ou Rosinski. « Les clients qui pouvaient acheter n’importe quoi auparavant, savent maintenant aller vers les belles planches » indique Alain Huberty. Autre indice du frémissement du marché : « Les investisseurs, rassurés par la médiatisation des ventes, arrivent sur ce marché, qui réunissait jusque-là des amateurs. Le parallèle avec la photo, qui n’intéressait personne il y a peu, est frappant. » Quid des évolutions prochaines ? « Si le statut d’artiste me paraît acquis pour les créateurs de BD, le volet pécuniaire est en train de s’établir. Nous assistons certes à quelques vaguelettes, mais je suis persuadé que nous attendons un raz de marée ». Attendons la grande vague.

Légende photo

Uderzo - Astérix - Planche 32 de La Grande Traversée - Dargaud 1975 - Encre de Chine - 38 x 50 cm - Dédicacé à un proche collaborateur - Vente Millon & Associés - 9 décembre 2012 - Lot 187 - Estimation 80.000 /90.000 € - Adjugé 110.000 €

Manara - Claudia Le stanze del desiderio - Très grande illustration à l'encre de Chine et aquarelle publiée en page 109 du catalogue de la grande exposition rétrospective qui s'est tenue à Sienne du 1er octobre 2011 au 8 janvier 2012, encadrée. 54 x 75 cm. 24 ore cultura 2011 - Vente Millon & Associés - 9 décembre 2012 - Lot 216 - Estimation 18.000 /20.000 € - Adjugé 34.000 €

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque