Dimanche 21 octobre 2018

Les plus grands créateurs de BD mis en vente chez Artcurial

Par Éléonore Thery · lejournaldesarts.fr

Le 21 février 2013 - 547 mots

PARIS [21.02.13] - Artcurial, incontestable leader du marché de la BD, organise une vente de 450 œuvres de grands noms du 9e art samedi 23 février. L’événement pourrait faire date, et commencer à ouvrir la voie à la spéculation dans un marché aujourd’hui composé de passionnés.

450 planches, couvertures ou illustrations, les plus grands noms de la BD, un produit total de 2 millions d’euros : la vente organisée par Artcurial samedi 23 février 2013, sous le marteau de François Tajan pourrait être historique, à de nombreux points de vue.

Par le nombre de pièces mises en ventes tout d’abord, confirme Eric Leroy, expert de la vente, qui explique « cela fait dix ans que nous n’avons pas vu ça ». Historique également, par les noms illustres figurant au catalogue. La BD franco-belge est représentée comme il se doit, notamment par Uderzo, Franquin, avec un ensemble très complet (voir la planche de Spirou et Fantasio, issue de l’album Panade à Champignac et estimée de 100 000 à 150 000 euros) ou encore Hergé, avec un dessin réalisé pour le restaurant La cravache d’or, datant de 1979 et estimé de 60 000 à 80 000 euros. Les auteurs français des revues Pilote ou Métal-Hurlant sont aussi de la partie : Enki Bilal – à travers notamment la toile Chess-boxers with black horses, estimée de 60 000 à 80 000 euros – mais aussi Moebius, Giraud ou Philippe Druillet. La jeune génération n’est pas en reste avec des œuvres de Blanquet, Nicolas de Crécy ou Zep. Le 9e art dans sa version américaine est également richement représenté, des comics à l’underground, en passant par les graphic novels. Notons la présence rare de strips d’Otto Messmer pour Félix le chat, Schultz pour Peanuts ou Herriman pour Krazy Kat.

Une vente promettant de consolider le leadership d’Artcurial
Quels que soient les prix au marteau, l’événement se situera dans la continuité des chiffres alignés par Artcurial dans le secteur de la BD depuis la création du département en 2005, à l’initiative de François Tajan et Éric Leroy. Leader mondial incontesté pour le 9e art, la maison a annoncé près de 12 millions d’euros de chiffre d’affaires pour ce domaine en 2012, soit une hausse de 82 % par rapport à l’année précédente. Dernier record en date, la vente d’une illustration originale de Tintin en Amérique, partie à 1,3 million d’euros frais compris le 2 juin dernier. Quant à l’année 2013, elle a également démarré sous de bons auspices avec un événement consacré à l’humoriste et dessinateur de presse Reiser, totalisant 487 402 euros au marteau pour une estimation de 190 000 euros, l’intégralité des lots ayant trouvé preneur. Clou de la vente et record pour l’artiste, l’encre de Chine, Vas-y, tu peux y aller, estimée 4 000 euros hors frais et vendue 19 949 euros frais compris.

Face à Artcurial, qui fait figure de géant, Millon, défriche également le domaine, et s’est lancé dans les bulles voici 6 ans. Sotheby’s, Pierre Bergé ou d’autres ont essayé de se faufiler dans le marché avec des résultats pour le moins mitigés. Centré sur Paris, Bruxelles et les Etats-Unis, le marché « réunit des passionnés, et non des investisseurs » expertise Eric Leroy. Pour longtemps ? La vente du 23 février pourrait donner un début de réponse.

Légende photo

Jacques Tardi, Les Toits de Paris (1990) - acrylique de couleur sur toile montée sur châssis - signée - 236 x 171 cm - vente du 23 février 2013 chez Artcurial Paris - EStimation 20 000 / 25 000 €.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque