Mardi 22 septembre 2020

43e édition

La Fiac se recentre

Par Frédéric Bonnet · Le Journal des Arts

Le 12 octobre 2016 - 671 mots

Après l’abandon d’Officielle, la foire parisienne rassemble ses troupes au Grand Palais et étend sa surface d’exposition pour accueillir de nouveaux venus.

La Foire internationale d’art contemporain (Fiac) étend ses limites et prend possession du quartier. Sa 43e édition, qui se tient à Paris du 20 au 23 octobre, s’accompagne de la complète et inédite fermeture à la circulation de l’avenue Winston Churchill qui, le temps de la manifestation, est donc entièrement rendue aux piétons. Cela devrait faciliter les va-et-vient de chacun avec le Petit Palais, associé pour la première fois au salon afin d’en accueillir une nouvelle section.

En germe depuis quelques années déjà, un partenariat avec le musée voisin voit donc le jour ; mais plutôt que d’y construire des espaces d’exposition supplémentaires, sont installées des œuvres de grand format difficiles, voire impossibles, à placer sur un stand, à l’image du secteur « Unlimited » d’Art Basel. « Nos conditions d’exposition ne nous permettaient pas jusque-là de magnifier des œuvres exceptionnelles. Le contexte [du Petit Palais] est extrêmement noble, puisqu’il s’agit d’un vrai musée », relate Jennifer Flay, la directrice de la Fiac. Les exposants semblent avoir répondu avec enthousiasme à l’opportunité créée par ce nouveau secteur baptisé « On Site », qui accueillera près de quarante œuvres.

Plus d’espace pour davantage d’exposants
À l’intérieur du Grand Palais, le salon connaît également une légère extension de ses espaces avec l’ouverture du Salon Jean Perrin, situé entre l’entrée du square Jean Perrin et le Salon d’honneur ; soit 300 mètres carrés pour loger neuf galeries proposant des solo shows d’artistes qui font depuis quelques années l’objet d’une attention renouvelée, comme Tetsumi Kudo proposé par Christophe Gaillard (Paris), William Burroughs par Semiose (Paris) ou Endre Tót par ACB Gallery (Budapest).
Le Salon d’honneur inaugure, lui, un nouveau plan permettant d’ouvrir la perspective centrale vers les portes donnant sur le Palais de découverte, rouvertes trois soirées durant pour des promenades nocturnes organisées par des artistes privilégiant dans leur œuvre le langage ou le format de la conférence, telles Louise Hervé & Chloé Maillet. Au total 186 galeries sont cette année présentes, soit treize de plus qu’en 2015, à la faveur des nouveaux espaces gagnés. Alors que l’an dernier leur nombre avait décru afin de permettre un accroissement de la surface de certains stands.

Si les fondamentaux et les équilibres de la foire restent les mêmes, quelques surprises néanmoins sont à relever. Arrivées sur le salon l’an dernier, Long March Space (Pékin) et Tanya Bonakdar (New York) n’y auront fait qu’un tour. Exposant de longue date, Franco Noero (Turin) a renoncé lui aussi. Mais surtout, la défection du géant Hauser & Wirth (Zürich) laisse en suspens ses motivations : est-elle due au fait que la place de Paris ne l’intéresse plus ou que la galerie y fait de mauvaises affaires ?
Parmi les 43 nouveaux exposants notables, on dénombre les galeries étrangères Blum & Poe (Los Angeles), Mazzoleni (Turin), Tomio Koyama (Tokyo), Richard Saltoun (Londres) ou PKM (Séoul), et le retour des parisiennes Praz-Delavallade, Laurent Godin ou Le Minotaure.

Du côté des galeries émergentes, Officielle a vécu. Deux éditions seront parvenues à faire prendre conscience de l’inadaptation de ce salon satellite auquel il a été mis fin : « La majorité des exposants et des prospects trouvaient la foire trop éloignée et trop chère, ce n’était donc peut-être pas le bon format », admet Jennifer Flay. Les enseignes les plus jeunes, à commencer par celles sélectionnées pour le Prix Lafayette, sont donc regroupées comme à l’accoutumée dans les galeries supérieures du Grand Palais. Parallèlement les deux foires off lancées en 2015, Paris Internationale et Asia Now, qui avaient grandement attiré l’attention par leur nouveauté, leur fraîcheur et leur qualité, sont de retour dans de nouveaux lieux situés à des adresses prestigieuses.

Le tout forme pour la capitale un contexte vivifiant qui devrait voir l’automne conférer un apport d’oxygène aux galeries parisiennes : il sera le bienvenu car beaucoup en ont besoin !

Fiac

Directrice : Jennifer Flay
Nombre d’exposants : 186
Tarif des stands : entre 607 et 665 € HT le m2 dans la nef et 579 € HT dans les galeries sud et sud-ouest.
Nombre de visiteurs en 2015 : 72 000

Fiac

Du 20 au 23 octobre, Grand Palais, avenue Winston Churchill, 75008 Paris, www.fiac.com, tlj 12h-20h, vendredi 21 jusqu’à 21h. Hors les murs : Petit Palais 10h-18h, le 21 octobre 10h-21h ; Jardin des Tuileries 7h30-19h30.

Les articles du dossier FIAC 2016
 

  • Fiac 2016, plus compacte, plus dense ></a></li>
	<li>La Fiac se recentre <a href=></a></li>
	<li>Le Petit Palais voit grand <a href=></a></li>
	<li>Les galeries parisiennes en force <a href=></a></li>
	<li>La jeune création rentre au bercail <a href=></a></li>
	<li>Galeries étrangères Une confiance renouvelée <a href=></a></li>
	<li>En extérieur « Hors les murs » aux marches du Palais <a href=></a></li>
	<li>Les nommés du prix Marcel Duchamp <a href=></a></li>
	<li>Le palmarès des galeries d’art contemporain en France <a href=></a></li>
	<li>Pourquoi un tel palmarès ? <a href=></a></li>
	<li>Artistes français, un soutien inversement proportionnel à la notoriété <a href=></a></li>
	<li>Jacques Villeglé, auteur unique de ses œuvres <a href=></a></li>
	<li>5 idées reçues sur les collections d’entreprises <a href=></a></li>
</ul>
</div>
<br /><br /><b>Légende Photo :</b><br/>
La façade du Grand Palais, le 19 octobre 2016 - Photo T. David pour <em>LeJournaldesArts.fr</em></p></div></body></html>

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°465 du 14 octobre 2016, avec le titre suivant : La Fiac se recentre

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque