Dimanche 27 septembre 2020

La CGT Archives occupe l’hôtel Boisgelin pour protester contre la fermeture de l’atelier photographique

Par Amélie Du Fretay · lejournaldesarts.fr

Le 8 novembre 2013 - 361 mots

PARIS [08.11.13] - Une dizaine de personnes occupent depuis mercredi 6 novembre 2013 une partie de l’hôtel Boisgelin pour protester contre le déménagement du matériel de l’atelier photographique intervenu très tôt dans la matinée du 6. Le responsable de la CGT Archives considère qu’il s’agit d’une mesure symptomatique du « dépeçage » progressif du site du Marais.

Une dizaine de personnes occupent depuis mercredi 6 novembre l’atelier photographique des Archives Nationales situé dans l’hôtel Boisgelin sur le site du Marais pour protester contre le déménagement « inopiné » du matériel affecté à l’atelier photographique, chambre de prise de vue, plateau et éclairage. Wladimir Susanj, responsable de la CGT-Archives, regrette que le déménagement soit intervenu entre 7 et 8 heures du matin, bien avant l’arrivée du personnel, « probablement pour éviter toute protestation. »

L’atelier photographique répondait aux commandes internes et externes depuis plus de soixante ans. Au départ composé de 4 agents, deux photographes, une assistante, et un technicien, il ne reste aujourd’hui qu’une personne responsable « d’une équipe fantôme ». La CGT a contacté officiellement mercredi 6 novembre 2013 le cabinet d’Aurélie Filippetti pour obtenir une réaction, en vain. Wladimir Susanj considère que ce déménagement est le symbole du dépeçage progressif du site du Marais, qui se meurt et qui perd de jour en jour ses missions fondatrices. Il souhaite « voir vivre ces locaux qui sont désormais vides, tous fermés un à un » et constate « le peu d’intérêt de la direction pour les métiers d’art qui animaient autrefois les Archives Nationales. »

Conformément à son rapport rendu à la nouvelle directrice des Archives Nationales Agnès Magnien en août 2013, la CGT-Archives réclame une réelle harmonisation et une cohérence dans l’affectation des locaux et déplore « une politique qui priverait le site du Marais de ses missions premières de conservation et de valorisation des métiers d’art (dorure, reliure, conservation-restauration) peu à peu délaissé au profit de Pierrefitte et de Fontainebleau. » Wladimir Susanj a également confié au Journal des Arts son inquiétude quant à la possibilité que les locaux laissés libres soient vendus à la découpe.

Le service presse des Archives nationale n’a pas répondu à nos appels.

Légendes photos

Manifestation devant les Archives Nationales le 7 novembre 2013 - © photo courtesy Syndicat des Archives de France CGT
L'atelier photographique après le déménagement - Photo Amélie du Fretay pour le JournaldesArts.fr

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque