Mercredi 12 décembre 2018

Guy Cogeval veut privilégier les collections permanentes d’Orsay

Par Jean-Christophe Castelain · lejournaldesarts.fr

Le 30 septembre 2009 - 342 mots

PARIS [30.09.2009] – Guy Cogeval, le président du musée d’Orsay a présenté son agenda 2010. Une année de grands travaux muséographiques qui visent à mieux présenter les collections permanentes.

18 mois après son arrivée à la tête de l’Etablissement public du musée d’Orsay, Guy Cogeval confirme les grandes directions annoncées il y a un an : valoriser les collections permanentes au prix d’un programme moins ambitieux d’expositions temporaires.

2010 sera donc une année de chantiers pour l’ancienne gare d’Orsay transformée en musée en 1986. Un bon tiers des 16 000 m² des surfaces d’exposition est concerné par ces travaux qui vont permettre de gagner quelques 2000 m² de surfaces et d’améliorer confort et circulation des visiteurs. La plupart de ces travaux étaient déjà dans les cartons de son prédécesseur, Serge Lemoine. Guy Cogeval souhaite les regrouper pour passer au plus vite au réaccrochage des collections.

Sont ainsi concernés, le Pavillon Amont, côté scène (architecte Atelier de l’Ile), les galeries le long de la rue de Lille (architecte Jean Wilmotte) et le Café de l’Horloge.

Contrairement à Beaubourg en 1999, le musée ne sera pas fermé. Guy Cogeval en profite pour louer les œuvres impressionnistes pour des expositions itinérantes à l’étranger.

A terme, les collections impressionnistes, les fondamentaux du musée comme aime à le rappeler le Président, seront mieux présentées, les Arts Décoratifs des Nabis et des écoles étrangères seront enfin exposés, tandis qu’une nouvelle salle graphique permettra d’accrocher en alternance, une partie des 60 000 œuvres sur papier conservées au Louvre.

Le programme 2010 des expositions temporaires pâtît quelque peu de la baisse des ressources commerciales et du coût des travaux. Au printemps, les cimaises du grand espace du niveau 0 sont ouvertes à Jean Clair (Mélancolie) et l’ex-ministre Robert Badinter pour une guillerette exposition intitulée « Crime et Châtiment » alors qu’à l’automne, le maître de la peinture Pompier, Jean-Léon Gérôme (1824-1904) présentera ses nymphes de harem et ses peintures d’histoire. Dans le même temps, Guy Cogeval, met entre parenthèses le cycle d’art contemporain.

Légende photo : Guy Cogeval © D.R.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque