Samedi 7 décembre 2019

Art moderne

Dole (39) et Besançon (25)

Moulages, moulages, moulages d’Étienne Bossut

Musée de beaux-arts de Dole et Frac Franche-Comté - Jusqu’au 3 juin et jusqu’au 20 mai 2018

Par Colin Cyvoct · L'ŒIL

Le 30 avril 2018 - 372 mots

FRANCE

Étienne Bossut (né en 1946) est un sculpteur d’une remarquable constance créatrice : il fabrique depuis plus de quarante ans des moulages en résine de polyester teintée dans la masse.

Les objets qu’il choisit pour être moulés sont très variés : poêles à frire, skis de fond, automobiles, vases, bidons, matelas pneumatiques, toiles sur châssis, cabane de chantier, douilles d’obus, défenses d’éléphant… Présentée au sein des collections permanentes du musée, la toute première œuvre de l’artiste, Mon Fauteuil, un moulage daté de 1976, inaugure une démarche artistique et un procédé de fabrication auxquels l’artiste est resté obstinément fidèle. À la question : « Pourquoi mouler des objets ? », l’artiste répond : « C’est en cherchant à faire du mobilier que j’ai eu l’idée de mouler un vieux fauteuil en cuir. Je me détourne du côté design, et ainsi opte pour la sculpture. En partie parce que je ne me trouve pas “à la hauteur” de cette vague de design plastique pop, mais surtout parce que je sens bien qu’il y a quelque chose “de personnel et d’intéressant dans ce geste”, le possible début d’un travail d’artiste. » Parmi les œuvres les plus troublantes, Pas ce soir (2007), le moulage rouge de la carrosserie d’une Coccinelle Volkswagen apparaît renversé sur le côté et criblé de trous provoqués par des balles 9 mm tirées par l’artiste. L’humour et l’amour des jeux de mots irriguent également le parcours de cette rétrospective. On peut lire dans la fiche de présentation de l’exposition que la fabrication en 2015 de Bitte Schön, des moulages de bittes d’amarrage, correspond à une « sorte de métaphore de l’ancrage alors nouveau de l’artiste en Bretagne, qui lui aura permis, aussi, de proclamer tout sourire qu’il a pu “mouler une bitte” ». À découvrir également à quelques encablures de Dole, au Frac Franche-Comté, en plus de Tam tam jungle, une sculpture installée en 2013 de façon pérenne devant le Frac, deux autres œuvres de ce maître ès faux-semblants : Pschitt (1982-2007), un moulage « presque » intégral d’une Porsche 356 de 1951, et Miroirs (2004), trois moulages de miroirs de tailles différentes.
 

« Étienne Bossut, Remake »,
Musée des beaux-arts, 85, rue des Arènes, Dole (39), www.musees-franchecomte.com et Frac Franche-Comté, Cité des arts, 2, passage des Arts, Besançon (25), www.frac-franche-comte.fr

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°712 du 1 mai 2018, avec le titre suivant : Moulages, moulages, moulages d’Étienne Bossut

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque