L’indétrônable Napoléon Bonaparte

Par Anouchka Roggeman · L'ŒIL

Le 20 mai 2009

Napoléon Bonaparte hante toujours les cimaises. Alors qu’aucun événement historique ne le justifie vraiment, plusieurs expositions le célèbrent cette année.

Après l’Institut du monde arabe, le musée des Arts décoratifs, le musée de l’Armée, la bibliothèque Marmottan, c’est au tour du château de Malbrouck. « Napoléon a toujours fasciné par son côté terrible et magnifique et par toutes les polémiques qu’il suscite », explique David Chanteranne, spécialiste de la figure de Napoléon au cinéma et rédacteur en chef de la revue Napoléon Ier. « Au cinéma, il est, après Jeanne d’Arc et le Christ, l’un des principaux personnages. Dans le domaine des arts et de l’histoire, il y a toujours eu beaucoup d’expositions de Napoléon. Ça marche forcément. »

À la différence des autres expositions, qui mettaient en valeur un aspect particulier du personnage ou de son règne, celle-ci, organisée par thèmes, se propose d’évoquer tous les grands moments de sa vie. Plus de trois cents objets, œuvres d’art, documents historiques et vidéos évoquent par touches la cour et la famille impériale, les campagnes militaires, les réformes institutionnelles ou encore l’empreinte laissée par Napoléon en Lorraine et sur la rive gauche du Rhin.

Outre les œuvres traditionnelles qui évoquent Napoléon Ier, parmi lesquelles le dessin de David qui servit d’esquisse au tableau Le Sacre de Napoléon (1805) ou le Portrait en pied en costume de sacre de François Gérard, on trouve des objets très variés et insolites qui recréent l’ambiance de l’époque et évoquent l’héritage de la période napoléonienne. C’est par exemple le chapeau bicorne porté par Napoléon à Waterloo, un habit de colonel porté par lui-même à Sainte-Hélène, l’édition originale et officielle du Code civil (1804) ou encore un des tout premiers diplômes du baccalauréat, daté de 1811.

Indissociable de la figure de l’Empereur, Joséphine est aussi évoquée à travers des portraits, des robes et des bijoux, notamment un magnifique nécessaire de beauté réalisé par Biennais, l’orfèvre officiel de Napoléon.

« Splendeurs de l’Empire. Autour de Napoléon et de la cour impériale », château de Malbrouck, Manderen (54), jusqu’au 31 août 2009, www.chateau-malbrouck.com.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°614 du 1 juin 2009, avec le titre suivant : L’indétrônable Napoléon Bonaparte

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque