Herbin, géométrique

Par Colin Cyvoct · L'ŒIL

Le 29 septembre 2008

En dépit de la profusion et du renouvellement permanent de la scène artistique contemporaine, l’art abstrait géométrique conserve une actualité jamais démentie. « Paris 1950, Auguste Herbin et son cercle » ouvre un cycle de deux expositions sur la vitalité de cet art totalement en phase avec notre société technologique.

© Galerie Lahumière

Auguste Herbin (1882-1960), artiste français mieux connu à l’étranger que dans son pays natal, est successivement pointilliste puis fauve avant de devenir une figure majeure du cubisme. Mais c’est à partir de 1919 qu’il entreprend des recherches radicalement inédites et devient un des acteurs les plus inventifs de la peinture abstraite-constructive du xxe siècle. Il conçoit alors ses œuvres avec des formes géométriques simples : cercles, carrés, triangles, combinées entre elles et peintes en aplats de couleurs pures.
Dans le catalogue fort bien documenté de l’exposition, l’ex-directeur du musée d’Orsay Serge Lemoine souligne : « Les tableaux de la dernière période d’Auguste Herbin, ceux qu’il a peint entre 1945 et 1960, constituent l’accomplissement de son art.[...] Avait-on mesuré à quel point ils ont été pour beaucoup d’artistes porteurs d’une telle richesse de leçons ? »
Cette exposition offre un bel éclairage sur l’influence exercée par Herbin sur de nombreux artistes : Vasarely, Dewasne, Nemours, Jacobsen, Baertling, Molnar ou Edgard Pillet.

Paris 1950, Auguste Herbin et son cercle
Du 9 octobre au 21 novembre 2008
Galerie Lahumière, 17 rue du Parc-Royal 75003 Paris
Site Internet : www.lahumiere.com

Exposition prolongée jusqu'au 20 décembre 2008

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°606 du 1 octobre 2008, avec le titre suivant : Herbin, géométrique

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque