Deux autres tableaux de Degas ont échappés au vol lors du cambriolage à Marseille

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 8 janvier 2010

MARSEILLE [08.01.10] – Le bilan du vol au musée Cantini aurait pu être bien pire : les enquêteurs ont découvert que deux autres œuvres de Degas ont été la cible d'une tentative de vol du ou des voleurs du pastel « Les choristes », dont un tableau d'un musée américain estimé à plusieurs millions d'euros. Le parquet de la ville dresse un constat sévère du système de sécurité du musée.

Le parquet de Marseille vient d'ouvrir une nouvelle information judiciaire pour « tentative de vols », complétant celle pour le vol du pastel d'Edgar Degas, dérobé au musée Cantini dans la nuit du 24 au 25 décembre à Marseille. L'enquête a été confiée à un juge d'instruction spécialisé dans la lutte contre le crime organisé.

Les enquêteurs ont en effet découvert des traces suspectes sur les systèmes d'accrochage de deux œuvres de Degas, situées dans la même pièce que le pastel disparu.

Selon Daniel Hermann, adjoint à la culture à la mairie de Marseille, l'une des deux œuvres est une petite danseuse en provenance de Washington, estimée à 30 millions d'euros. « On l'a surtout échappé belle » confie-t-il au journal 20 minutes. L'adjoint souligne que les systèmes de sécurité étaient conformes aux demandes des assurances.

Du coté des enquêteurs, les avis sont plus sévères. D'après une source judiciaire, le système de sécurité était « défaillant », l'organisation du personnel « peu rigoureuse » .

Cela expliquerait la difficulté à déterminer l'heure précise du vol, après quinze jours d'enquête : selon toute vraisemblance, il a été commis entre 5 h et 7 h du matin le 25 décembre, mais sans certitude.

Une complicité interne n'est pas écartée, pas plus que l'hypothèse d'un visiteur qui aurait profité d'une faille dans le système de sécurité.

A la mairie, on assure qu'une réorganisation du personnel va être mise en place, et qu'il convient de « tout remettre à plat ».

Dans l'optique des grandes expositions prévues pour les années à venir, jusqu'en 2013, les musées marseillais vont certainement devoir faire des efforts sur la sécurité pour se voir consentir des prêts, surtout en provenance des musées internationaux déjà très exigeants dans ce domaine.

Encore un souci de plus pour les organisateurs de Marseille-Provence 2013.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque