Mercredi 23 octobre 2019

Démantèlement d’un important réseau de trafiquants d’antiquités en Chine

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 29 mai 2015 - 372 mots

CHAOYANG (LIAONING, CHINE) [29.05.15] - La police chinoise a arrêté 175 personnes à travers six provinces, soupçonnées d’avoir participé au vol et au trafic de 1 168 reliques culturelles, dont la valeur totale est estimée à 500 millions de yuan, soit environ 74 millions d’euros.

C’est le plus gros réseau de trafic d’antiquités jamais démantelé en Chine. Le South China Morning Post relate que la police chinoise a arrêté 175 personnes dans six provinces. Il leur est reproché d’avoir participé au vol et au trafic de 1 168 reliques culturelles, dont la valeur totale est estimée à 500 millions de yuan (74 millions d’euros), d’après le ministère de la Sécurité publique.

L’enquête a démarré en juin 2014 avec la découverte de fouilles illégales sur le site néolithique de Niuheliang, comprenant plusieurs tombes, dans la province du Liaoning, au nord-est de la Chine. « Les traces des fouilles étaient tout autour des ruines historiques, dans les montagnes, loin des sentiers fréquentés », a expliqué Wang Hongyan, chef du bureau de la protection des reliques culturelles pour le bureau de sécurité de la ville de Chaoyang, dont les propos sont rapportés dans le New York Times.

La police a d’abord arrêté trois personnes, qui ont permis d’identifier un réseau criminel de grande envergure. L'un des principaux suspects, Yao, était capable de déterminer le meilleur endroit pour creuser en appliquant les principes traditionnels du feng shui. D'autres membres de l’organisation employaient des dispositifs de sondage de haute technologie pour repérer les artefacts enterrés autour de sites archéologiques.

Le ministère a expliqué que les pilleurs étaient divisés en dix gangs, qui supervisaient tout le processus de façon cloisonnée, de l’excavation à la vente sur le marché noir. Parmi les suspects se trouvent notamment quatre archéologues.

Les objets volés datent aussi bien de la période néolithique que de la dynastie Qing, qui s’est achevée en 1911. L’artefact le plus précieux récupéré est l’un des plus anciens exemples de zhulong en jade, littéralement « dragon cochon », créature magique hybride au corps enroulé, appartenant à la culture de Hongshan (3500-2500 av. notre ère). Découvert par un archéologue du Liaoning, ce zhulong avait été vendu par un intermédiaire à un collectionneur pour 3,2 millions de yuan (474 000 €).

Légende photo

Exemple de Zhulong © Photo Luxaeterna 1 - 2011 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque