Dimanche 24 octobre 2021

Décès du peintre Michel Tyszblat

Par Julien Rocha · lejournaldesarts.fr

Le 3 décembre 2013 - 339 mots

PARIS [03.12.13] – L’artiste peintre proche de la Figuration Narrative Michel Tyszblat est décédé le 27 novembre 2013 à Paris, à l’âge de 77 ans.

Le 2 décembre 2013 au matin ont eu lieu les obsèques de Michel Tyszblat, peintre français d’origine polonaise, né en 1936. Il s’est éteint le 27 novembre à Paris.

Personnalité discrète, de nature soucieuse qui n’aimait guère être sur le devant de la scène, Michel Tyzsblat a été formé dans les années 50 dans l’atelier d’André Lhote, peintre cubiste, puis dans celui de Robert Lapoujade, alors peintre abstrait, en 1960. Il a retiré du premier les notions de puissance visuelle et d’harmonie des couleurs, du second la gestualité.

Selon lui, la « vie du tableau » ne peut être engendrée que par « des ruptures, des tensions et finalement un équilibre instable, une mise en danger comparable à ce que l’on ressent en observant (…) le plongeur avant d’entamer son saut ». Son œuvre, sous forme de séries thématiques, propose alors des assemblages « mouvants et instinctifs », à la réalisation mêlant aplats et dilutions de couleurs, d’objets et d’éléments figuratifs qui « entrent en résonnance, comme animés par une force centrifuge » précise Bénédicte Valton de Jorna, en charge du catalogue raisonné de l’artiste.

Michel Tyzsblat ne s’est jamais considéré comme un artiste de la Figuration Narrative, apparu dans les années 60 dont il était proche lors de ses débuts professionnels. Bénédicte Valton de Jorna a confié au Journal des arts que malgré des regrets éprouvés depuis quelques années, son indépendance vis-à-vis du groupe formé par les peintres tels Jacques Monory et Hervé Télémaque, résultait de sa volonté de rester fidèle à sa spontanéité et à sa crainte d’être influencé par ses confrères dans le cadre d’un travail de groupe. Grand amateur de musique, qui revient souvent dans son œuvre récente, Michel Tyzsblat était aussi un pianiste de jazz émérite. Selon ses propres mots, « Le hasard joue dans ma peinture un grand rôle, une sensation que je retrouve dans le jazz. » 

Légende photo

Michel Tyszblat © photo courtesy Jean-Louis Losi

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque