Budget 2009 : la Culture partage l’austérité générale

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 30 septembre 2008

Paris [30.09.08] - Le PLF 2009, présenté le 26 septembre, repose sur une hausse de 2 % des dépenses de l’Etat. Le budget de la Mission Culture affiche une hausse cosmétique de 2,6 %.

Les colonnes de BurenMinistère de la Culture© D.R

Avec une augmentation de 2,6 %, le budget de la « Mission Culture » (en crédits de paiement - CP) est en phase avec l’augmentation générale du budget (2 %) du Projet de Loi de Finances 2009 (PLF 2009). Mais cette hausse repose en grande partie sur des recettes exceptionnelles (extrabudgétaires) de 35 millions d’euros, provenant des recettes de cession d’immeubles de l’Etat. Sans cela la hausse des Crédits de paiement n’aurait été que de 1,3 %.

Le budget du Ministère de la Culture et de la Communication comprend 2 « Missions » : la mission Culture (2,821 milliards d’euros de CP) et une mission interministérielle de Recherche culturelle (159 millions d’euros).

Les progressions des budgets des trois piliers de la mission Culture sont différenciées. Le Patrimoine (41 % du total) augmente de 2,1 %, essentiellement grâce aux recettes extrabudgétaires, la Création (29 % du total) augmente de 2,8 %, tandis que le pôle « Transmission des savoirs » (30 % du total) augmente de 3,1 %.

S’agissant des arts plastiques, deux programmes récemment médiatisés retiennent l’attention : le Mucem et le Palais de Tokyo. Les chiffres semblent contredire l’optimisme du Ministre.

Avec le label Européen de Marseille, le MUCEM doit impérativement ouvrir en 2013. Or, alors que la participation de l’Etat est estimée à 104 millions d’euros, seuls 6,4 millions d’euros sont budgétés en 2009.

Même scénario pour l’aménagement du sous-sol de l’aile ouest du Palais de Tokyo, sous l’espace du Site de création contemporaine et alloué au Centre Pompidou. 1 million d’euro est inscrit au budget 2009 alors qu’il en faut quarante fois plus pour rénover les lieux. L’ouverture en 2011 parait dès lors hypothétique. En revanche la Ministre a souhaité garder la main sur les lieux en demandant la création d’une structure autonome pour administrer le site. Même si le Président de Beaubourg en sera le Président, il devra composer avec un conseil d’administration où siègeront sans doute des représentants de l’Etat et du Site de création.

Enfin les effectifs de la Culture vont devoir également maigrir : 103 postes en moins pour un total de 11 652 postes.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque