Restitutions

Un musée du Bénin accueillera 27 objets traditionnels provenant de collections européennes

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 13 janvier 2020 - 378 mots

PARIS

Le musée de la Récade de Lobozounkpa, près de Cotonou, va accueillir vendredi prochain 27 nouvelles récades, sabres et objets de culte Fon, offerts par un collectif d'antiquaires parisien mécène, a annoncé un communiqué.

Le Centre, espace artistique installé à Cotonou, va accueillir 27 nouvelles récades, sabres et objets de cultes Fon. © Le Centre.
Le Centre, espace artistique installé à Cotonou, va accueillir 27 nouvelles récades, sabres et objets de cultes Fon.
© Le Centre.

En 2015 avait été créé cet espace de Lobozounkpa, sur une initiative du galeriste parisien Robert Vallois et du Collectif des antiquaires de Saint-Germain-des-Prés.

Au sein de cet espace d'accès gratuit, avait été érigé le "Petit Musée de la Récade", inauguré en 2015. A son ouverture, sa collection était constituée de 37 récades (sceptres en forme de hache ou de crosse) anciennes, six objets royaux et de culte fon, tous offerts par le Collectif et des collectionneurs privés.

Depuis son inauguration, les initiatives de retour d'objets traditionnels sur leur terre d'origine se sont poursuivies. 

Ces nouvelles récades, sabres et objets, provenant de deux anciennes collections européennes, acquises par le Collectif lors qu'une vente aux enchères à Nantes, viendront enrichir la collection.

Ce geste matérialise le retour d'œuvres du patrimoine béninois issues de collections occidentales privées. Il s'inscrit dans un plus vaste débat sur les restitutions d'œuvres d'arts premiers à l'Afrique. 

La restitution par la France au Bénin de 26 statuettes du Royaume d'Abomey, annoncée en 2018, et qui se trouvent au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, est actée et se fera courant 2020 ou début 2021. Le Bénin et la France ont signé un programme commun de travail sur "la circulation d'œuvres d'art, notamment sous forme de prêts et d'expositions"

Le Bénin fait figure pour Paris de pionnier en Afrique par sa politique muséale dynamique.

Les musées français, comme le Quai Branly - qui dispose de la plus importante collection d'arts premiers -, s'inquiètent d'une politisation du débat et d'arguments selon lesquels toutes les œuvres en dépot chez eux depuis la colonisation ont été malhonnêtement acquises ou pillées, et doivent être rendues aux nouveaux Etats. Ils privilégient la circulation des œuvres entre la France et l'Afrique, plutôt que des restitutions, sauf quand, comme c'est le cas pour les statues du Palais Royal d'Abomey, le pillage par des soldats français à la fin du XIXe siècle a été flagrant. D'autres œuvres ont été achetées, collectionnées lors de missions ethnologiques, ou leur origine reste inconnue.

Cet article a été publié par l'AFP le 11 janvier 2020.

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque