Nouvelles donnes

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 20 janvier 2009

Le palmarès des maisons de ventes aux enchères en France a évolué en 2008. L’année a été marquée par la montée en puissance de Sotheby’s, qui devient numéro un, et par un ralentissement de l’activité.

Le marché de l’art français n’aura pas échappé à la baisse générale de l’activité commerciale qui a suivi la crise des marchés financiers, déclenchée par la faillite de la banque américaine Lehman Brothers à la mi-septembre 2008. L’hôtel des ventes parisien Drouot affiche 411 millions d’euros de produit « art » vendu en 2008, contre 500 millions en 2007, soit une diminution de 17,8 %. Le cumul des chiffres d’affaires 2008 (c’est-à-dire les résultats de ventes, commissions acheteur incluses) des dix premières maisons de ventes françaises est en recul de 13,8 % par rapport à 2007. Il baisse même de 22,3 % si l’on exclut du calcul le résultat positif de Sotheby’s, le seul opérateur de ventes publiques du classement à avoir progressé en 2008, au point de passer numéro un dans l’Hexagone (voir le tableau ci-dessous). L’auctioneer, qui avait déjà doublé son chiffre d’affaires en 2007, a enregistré une progression substantielle de 30,2 % en 2008 avec 155 millions d’euros de chiffre d’affaires. « Ce résultat, nous l’avons atteint avec un nombre réduit d’œuvres vendues à Paris, soit 2 982 lots contre 3 475lots en 2007, et avec un prix moyen à la hausse de 52 000 euros le lot (34 300 euros en 2007), tout en maintenant un niveau d’exportation fort, [d’un montant] de 311 millions d’euros (280 millions d’euros en 2008) », rapporte Guillaume Cerutti, P.-D. G. de Sotheby’s France. Sous l’impulsion de ce dernier, Sotheby’s s’est engagée dans une stratégie de développement en France. Mais, malgré son lot de belles enchères dans diverses spécialités, la fin d’année n’a pas été facile pour la maison, comme le prouve le taux moyen de 65,6 % de lots vendus sur les mois de novembre et décembre 2008, un chiffre en dessous des 70 % de moyenne annuelle.

Estimations très optimistes
Christie’s a subi de plein fouet la crise de la fin de l’année, ce qui lui a fait perdre la première place. En particulier, le prestigieux pedigree de la collection Jeanne Lanvin composée d’œuvres impressionnistes n’a pas suffi à faire accepter des estimations très optimistes, ni des prix de réserve maintenus coûte que coûte le 1er décembre. Artcurial, qui a été victime de son positionnement dans « l’art du XXe siècle », a vu ses départements d’art moderne et contemporain fortement touchés par la crise au dernier semestre 2008, occasionnant une perte de 25 % du produit de ventes sur l’année. De même, la maison Cornette de Saint Cyr (9e place) chute de 41,3 % en 2008, après une année 2007 exceptionnelle. « Petite consolation : nous avons cédé en pleine crise un tableau de Jean-Michel Basquiat pour 1,7 million d’euros le 28 octobre, la plus haute enchère en art contemporain pour notre maison de ventes qui s’avère également être le deuxième prix pour cet artiste en France », souligne Arnaud Cornette de Saint Cyr.
Tajan se maintient à la quatrième place, non sans une perte de chiffre d’affaires. Piasa a limité les dégâts avec une baisse de 11,7 % sur son résultat en 2008. Mais avec 43 millions d’euros, la société de ventes dépasse de plus de 18 % son chiffre de 2006. « Jusqu’à la fin novembre, nous étions en progression (de 7 %) par rapport à 2007, précise Jacques Babonneau, directeur général de Piasa. Nos nouveaux actionnaires [quatorze personnalités parmi lesquelles Laurent Fabius et Serge Weinberg réunis au sein de la Financière Piasa détenant 60 % du capital de Piasa depuis mai 2008] nous ont amené de nouveaux clients, acheteurs et vendeurs. » Chez Millon, on observe également un léger tassement.

Restructurations
Quelles sont les perspectives pour 2009 ? Elles sont peu réjouissantes si l’on en croit les pronostics. Pour autant le marché de l’art ne s’est pas écroulé. L’on évoque plutôt un retour à des prix de 2005 ou 2006 dans les secteurs qui ont été les plus haussiers ces dernières années, principalement l’art moderne et contemporain. Dans de nombreuses maisons, il est question de réductions des frais en prévision d’une diminution probable du volume des affaires, et d’acheteurs plus regardants sur la qualité de la marchandise et les estimations. Chez Tajan, même si la société de ventes a perdu de sa superbe, on ne baisse pas les bras. «  L’heure est à la réorganisation et à la restructuration, annonce sa patronne, Rodica Seward. Il faut un modèle d’entreprise qui fonctionne en dehors des périodes de bulle. Aussi nous allons nous concentrer essentiellement sur quelques départements-clés : les arts décoratifs du XXe siècle et le design ; les tableaux anciens ; les bijoux et montres, et l’art moderne et contemporain. »
Alors que certains réduisent la voilure, d’autres se projettent très positivement dans l’avenir. C’est le cas de Claude Aguttes, qui se félicite d’avoir embauché huit personnes en contrat à durée indéterminée au cours du second semestre 2008 – dont trois pour le développement de l’hôtel des ventes des Brotteaux à Lyon, racheté en septembre à Jean-Claude Anaf. Quant aux maisons Millon et Cornette de Saint Cyr, elles voient leur vœu de fusion se concrétiser en ce début d’année. Avec un chiffre d’affaires 2008 consolidé autour de 51 millions d’euros, des projets de croissance et de création de départements et d’une filiale à Bruxelles, la nouvelle société Millon-Cornette de Saint Cyr se trouve propulsée au niveau de Tajan, devant Aguttes, Pierre Bergé et associés, et Piasa.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°295 du 23 janvier 2009, avec le titre suivant : Nouvelles donnes

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque