Vendredi 19 octobre 2018

Les églises florentines de fond en comble

Le Journal des Arts

Le 5 décembre 2003 - 220 mots

Selon Antonio Paolucci, surintendant des Biens artistiques et historiques de Florence et de Pistoia, les églises florentines « forment un immense univers […] qui réserve encore des champs de recherche inconnus ». En témoigne la publication que leur consacrent les éditions Hazan, tour d’horizon des vastes richesses contenues dans les principales églises de la ville.

Seize édifices religieux font l’objet d’une exploration détaillée présentant successivement les origines de chaque construction, la spécificité de leur architecture et les trésors de leur ornementation intérieure. Célèbre pour ses portes de bronzes ciselées par Andrea Pisano et Lorenzo Ghiberti, le baptistère San Giovanni abrite par exemple d’éblouissantes mosaïques du XIIIe siècle, un pavement en marbre du XVIe, le tombeau du cardinal Cossa par Donatello et Michelozzo (1428) ou encore un autel en argent bosselé, ciselé et émaillé (1366-1483).

Et que dire de Santa Maria del Fiore, San Lorenzo, Santa Croce, Santa Maria Novella et San Miniato ? Aucun de leurs chefs-d’œuvre, auxquels rendent justice les magnifiques illustrations ainsi que la maquette de cet ouvrage, ne semble avoir échappé aux auteurs. Leur reproduction en pleine page, qui privilégie des détails inattendus ou difficilement visibles in situ, permet d’en apprécier toute la splendeur.

Antonio Paolucci (sous la direction d’), L’Art des églises de Florence, éd. Hazan, Paris, 2003, 324 p., 300 ill., 79 euros. ISBN 2-85025-894-6.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°182 du 5 décembre 2003, avec le titre suivant : Les églises florentines de fond en comble

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque