Design

Fiel, mon Mari

Par Christian Simenc · Le Journal des Arts

Le 2 mai 2003 - 727 mots

Artiste, théoricien et marxiste, volontiers véhément et souvent excessif, Enzo Mari n’a jamais eu sa langue dans sa poche. À soixante-dix ans passés, le grand designer italien cultive une attitude résolument critique à l’égard de la société, et notamment du monde du design.

“J’ai fait ces quelques bibelots.” Voilà comment, en mars dernier, à Paris, Enzo Mari a dévoilé son travail pour le cristallier nancéen Daum. Une minicollection baptisée “Mémoire d’une fleur” (1) et composée de quatre pièces en pâte de verre : un plat, deux vases et une coupe à fruit. Connaissant le personnage, il n’a certainement pas lâché ces mots par hasard. La formule semblait à la fois ironique et désenchantée. Il n’avait pas tort, car le résultat laisse perplexe. Lui qui, pour Daum, aspirait à œuvrer aux antipodes de “ces petites merdes que l’on vend d’habitude, comme ces ribambelles d’animaux colorés”, ne vient-il pas justement de concevoir des “objets curieux et décoratifs” (2) à l’image de ceux qu’il entendait dénoncer ? On peut le déplorer, d’autant qu’on avait pris l’habitude de voir cet éternel “poil à gratter” du design italien s’irriter contre “tout ce kitsch” que génère la société de consommation. “Ce que je défends, chez Daum, c’est la qualité !”, insiste Mari. Sur ce point, en effet, nul ne pourra le contredire. Mais comme il l’affirme lui-même : “La technique n’est pas une valeur mais un instrument.” Quid alors des formes – une tulipe, un tournesol, deux pommes de pin (sic !) –, certes naturalistes mais étonnamment décevantes ? Enzo Mari nous a, jadis, accoutumés à plus de hauteur, sinon de rigueur : “La qualité d’un objet, dit-il, ne dépend pas du seul besoin. Le besoin est banal. Et un objet qui ne répond qu’au seul besoin est une pauvre merde. Non, ce qui fait la qualité d’un objet, c’est sa puissance, son caractère allégorique. Un exemple : à mes débuts, lorsque j’ai commencé à travailler pour l’éditeur italien Danese, j’ai dessiné un cendrier. Or, pour moi, ce cendrier n’était pas qu’un objet de plus. Ce que je proposais, à l’époque, c’était un modèle culturel différent, une proposition de vie idéale.”
Aujourd’hui encore, Enzo Mari préfère “tendre vers l’utopie”, prendre “la direction opposée du concret”. Ses deux maîtres à penser ne sont autres que le peintre Piero Della Francesca et le sculpteur Constantin Brancusi. Dans une main, l’harmonie spatiale et la science de la couleur ; dans l’autre, le travail de la matière et la puissance de la forme primordiale. Rien d’étonnant donc s’il se méfie comme de la peste de l’étiquette design : “Dès que l’on prononce le mot design, ça fleure bon. Mais le mot design n’est qu’un terme publicitaire inventé par les gens du marketing pour faire vendre !”, fulmine-t-il. Ce qui ne l’a pourtant pas empêché, il y a quelques jours, au Salon du meuble de Milan (lire p. 7) dont il a été l’indéniable vedette, de se plier avec bonne grâce au rituel de la promotion. Présent chez nombre d’éditeurs et non des moindres, il y a alterné le bon, avec notamment une multitude de chaises et de tables (Robots, Magis, Muji...), avec le moins bon, tels ces luminaires de la série “Tela” (Artemide) ou la table Figaro (Fiam). Preuves que même le maestro Enzo peut parfois se laisser emporter par la vague de “redondance totale qui existe aujourd’hui sur le marché”, redondance qu’il fustige habituellement avec fougue et qu’il a baptisé, à juste titre, le “concept karaoké”. Reste que sa création milanaise la plus réussie est, à n’en point douter, la table qu’il vient de dessiner pour Gebrüder Thonet, célèbre entreprise viennoise spécialisée dans le bois cintré. La Mari 03 02 est d’une simplicité biblique : un plateau, une traverse centrale et quatre pieds en bois massif, façon battes de base-ball. Bref, l’essentiel.

(1) Les quatre créations d’Enzo Mari pour Daum sont disponibles en deux couleurs et éditées chacune à 350 exemplaires, de 795 euros à 1 200 euros. Points de vente au 01 47 58 29 80.
(2) Définition du mot “bibelot” tirée du dictionnaire Le Petit Robert.

La vitrine de la galerie Haute Définition propose l’exposition “À la rencontre d’Enzo Mari”?, quarante pièces majeures d’Enzo Mari, présentées en deux temps, du 6 mai au 28 juin, puis du 1er juillet au 30 août, 4 passage du Grand-Cerf, 75002 Paris, tél. 01 40 41 16 00.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°170 du 2 mai 2003, avec le titre suivant : Fiel, mon Mari

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque