Lundi 17 décembre 2018

Révolution russe

Centenaire des Ballets russes

Plusieurs manifestations en France et en Russie rendent hommage aux Ballets russes, dont est célébré cette année le centenaire de la première représentation à Paris

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 27 octobre 2009 - 1041 mots

Cent ans après la première représentation des Ballets russes de Serge de Diaghilev, le 18 mai 1909 au Théâtre du Châtelet, à Paris, les expositions autour de cette formidable aventure qui dura près de deux décennies fleurissent à travers l’Europe.

La principauté de Monaco, dont Les Ballets de Monte-Carlo sont les héritiers indirects de la compagnie d’avant-garde, s’est particulièrement démenée pour offrir, sur plus d’un an, une programmation tous azimuts (spectacles, exposition, concerts, soirées spéciales…) en hommage à la troupe qui a fait du Rocher une étape incontournable dans le circuit des spectacles de danse (1). Point d’orgue de la saison : l’exposition « Étonne-moi ! Serge Diaghilev & les Ballets russes », préparée par le Nouveau musée national de Monaco sous la direction scientifique de John E. Bolt, professeur à l’Université of Southern California (Los Angeles), et Zelfira Tregulova, vice-directrice des Musées du Kremlin à Moscou. Malheureusement, aussi riche fut cette réunion d’œuvres d’exception présentée cet été à la Villa Sauber, l’approche didactique, dépourvue de toute aide à la visite, laissait sérieusement à désirer. La version moscovite de l’exposition, actuellement présentée à la Galerie Tretiakov, réunit toujours un somptueux ensemble d’œuvres signées Léon Bakst, Natalia Gontcharova ou encore Naum Gabo. Le parcours monégasque, malgré une parfaite mise en valeur scénographique signée Pierre Passebon, n’offrait qu’une vision linéaire de l’aventure des Ballets, sans en dégager les thèmes principaux ni offrir de réflexion sur l’héritage en 2009. Demeure cependant un catalogue richement illustré dont les textes font revivre les principaux acteurs de l’époque.

Diaghilev le stratège
L’exposition « Les Ballets russes » que prépare la bibliothèque-musée de l’Opéra de Paris devrait venir combler ces lacunes en termes de médiation, avant la grande rétrospective du Victoria and Albert Museum à Londres en septembre 2010 (2). En une centaine d’œuvres, le parcours thématique abordera la figure complexe du Russe Serge de Diaghilev, excellent stratège qui a su s’imposer sur la scène artistique parisienne, mais aussi l’ovni qu’était le danseur Vaslav Nijinsky et le créateur magistral que fut le scénographe Léon Bakst. Mine d’informations, le catalogue renfermera d’excellents essais analytiques, parfois teintés de nostalgie comme le récit de Martine Kahane sur ses rencontres avec le secrétaire des Ballets, Boris Kochno.
Brièvement évoquée à Garnier, la postérité des Ballets russes sera examinée en janvier au Centre national de la danse à Pantin (Seine-Saint-Denis). « Dans le sillage des Ballets russes » débute en 1929, date de la mort de Diaghilev et de la dissolution de son ballet. Si la troupe s’est muée en 1932 en « Ballets russes de Monte-Carlo », avant de se scinder entre l’Angleterre et Monaco, son aura historique donne naissance à pléthore de compagnies « russes », dont les membres empruntent des pseudonymes slaves. Les anciens collaborateurs de Diaghilev (Boris Kochno, Serge Lifar…) sont encore largement actifs, et le Grand Ballet du marquis de Cuevas perpétue la tradition du grand spectacle. Le parcours s’achève en 1959, non sans aborder l’influence sur l’esthétique et les modes de production des spectacles, la personnalité de Nijinski, les diverses formes de commémoration, et enfin les nouvelles versions chorégraphiques des œuvres de la troupe.

Bakst toujours
La plupart des costumes des Ballets russes sont aujourd’hui conservés au Dansmuseet de Stockholm, en Suède (3). Le Centre national du costume de scène et de la scénographie à Moulins (Allier) peut quant à lui se targuer de posséder les costumes de quatre opéras russes du début du siècle. « Opéras russes, à l’aube des ballets, 1910-1913 » célèbrera à sa manière le centenaire à partir de décembre. Car avant de se consacrer corps et âme à la danse, Diaghilev avait proposé au public parisien en 1908 sa version du Boris Godounov de Moussorgski à l’Opéra Garnier. Derrière la réalisation de ces costumes richement brodés, on retrouve Ivan Bilibine et surtout Bakst, contributeur majeur de l’esthétique des Ballets. Seront également présentés à Moulins les tenues de scène de Snégourotchka de Rimski-Korsakov, costumes dessinés par Bilibine et Bakst ; celles d’Ivan le Terrible de Rimski-Korsakov, par Alexandre Golovine ; et enfin de Khovantchina de Moussorgski, par Fédorovsky. Le ballet contemporain ayant dans l’ensemble abandonné la narration, à l’exception notable d’Angelin Preljocaj, la théâtralité des Ballets russes ne survivrait, aux yeux de Martine Kahane, commissaire de l’exposition, qu’au travers des grands couturiers actuels appelés à la réalisation de costumes. Le baroque flamboyant de Christian Lacroix pour Les Anges ternis de Karole Armitage en 1987, Jean Paul Gaultier pour la Blanche-Neige de Preljocaj créée en 2008 – et surtout pour sa longue collaboration aux spectacles de Régine Chopinot (1983-1994) –, sont autant d’exemples de l’intégration de la mode au sens le plus noble du terme dans l’imaginaire de la danse. Le fondateur des Ballets suédois Rolf de Maré ne s’y était pas trompé lorsqu’en 1924, dans le spectacle Relâche de Francis Picabia, il faisait danser Edith von Bonsdorff dans une robe de Jacques Doucet…

À LIRE
Sergei Diaghilev et Les Ballets russes, éd. Skira, 352 p., 400 ill., 45 euros, ISBN 8857200914.

EXPOSITIONS
- LES BALLETS RUSSES
Du 24 novembre 2009 au 23 mai 2010, bibliothèque-musée de l’Opéra, Palais Garnier, place Charles-Garnier, 75009 Paris, tel. 01 47 42 07 02, tlj 10h-17h sauf le 1er janv. Catalogue, éd. Gourcuff-Gradenigo, 280 p., 350 ill., 39 euros, ISBN 978-2-3540-067-6. Commissaires : Mathias Auclair et Pierre Vidal, conservateur et directeur de la bibliothèque-musée de l’Opéra.
- OPÉRAS RUSSES, À L’AUBE DES BALLETS RUSSES
Du 12 décembre 2009 au 16 mai 2010, Centre national du costume de scène et de la scénographie, quartier Villars, route de Montille, 03000 Moulins, tél. 04 70 20 76 20, tlj 10h-18h sauf les 25 déc., 1er janvier et 1er mai. Catalogue, coéd. le CNCS/éd. Mécène, 160 p., 150 ill., texte bilingue français/anglais, 35 euros, ISBN 978-2-358960-052. Commissaires : Martine Kahane et Delphine Pinasa, directrice et directrice déléguée du CNCS, assistées de Marie Vacher
- DANS LE SILLAGE DES BALLETS RUSSES (1929-1959)
Du 6 janvier au 10 avril 2010, Centre national de la danse, 1, rue Victor-Hugo, 93507 Pantin, tél. 01 41 83 27 27, www.cnd.fr. Commissaires : Claire Rousier, Florence Poudru
- VISION OF DANCE. TO THE 100TH ANNIVERSARY OF THE RUSSIAN BALLET OF SERGE DYAGILEV IN PARIS
Jusqu’au 31 janvier, Galerie nationale Tretiakov, 10 Lavryshinsky Lane, Moscou, Russie, tlj sauf lundi 10h30-19h30, www.tretyakovgallery.ru

(1) www.ballets-russes-monaco.com
(2) 25 septembre 2010-16 janvier 2011, www.vam.co.uk
(3) Une exposition sur ce thème y est présentée jusqu’au 31 janvier 2010, www.dansmuseet.nu


DEMANDEZ LE PROGRAMME !

THÉÂTRE NATIONAL DE CHAILLOT, PARIS
Dans l’esprit de Diaghilev : Faun, chorégraphie Sidi Larbi Cherkaoui, costumes d’Hussein Chalayan ; Eternal damnation to Sancho and Sanchez, Javier De Frutos ; After Light, Russell Maliphant ; Dyad 1909, Wayne McGregor, vidéos de Jane & Louise Wilson, du 19 au 21 novembre à 20 h 30.

OPÉRA DE PARIS, PALAIS GARNIER, PARIS
Ballets russes : Le Tricorne, Léonide Massine, décors et costumes Pablo Picasso ; Le Spectre de la Rose, Michel Fokine, décors et costumes Léon Bakst ; L’Après-midi d’un faune, Vaslav Nijinski, décors et costumes Bakst ; Petrouchka, Fokine, décors et costumes d’Alexandre Benois, Ballet de l’Opéra de Paris, du 12 au 31 décembre.

GRIMALDI FORUM, MONACO, MONTE-CARLO
Prélude à l’après-midi d’un faune, Le Sacre du Printemps, Marie Chouinard, 12 et 13 déc. à 20 h 30. Nijinsky (2000), John Neumeier, décor et costumes d’après les croquis de Benois et Bakst, Ballet de Hambourg, 13 et 14 déc.à 20 h 30. Dans l’esprit de Diaghilev : Faun, Sidi Larbi Cherkaoui, costumes Chalayan ; Eternal damnation to Sancho and Sanchez, De Frutos ; After Light, Maliphant ; Dyad 1909, McGregor, vidéos de Jane & Louise Wilson, 16 et 17 décembre à 20 h 30. Le Sacre du Printemps de Nijinsky (1913) ; Le Fils prodigue de George Balanchine (1929), décors et costumes d’après les maquettes de Georges Rouault ; Shéhérazade de Jean-Christophe Maillot, inspiré de Fokine (1910), décor et costumes Bakst et Jérôme Kaplan, Les Ballets de Monte-Carlo, les 26 et 28 déc. à 20 h 30, le 27 déc. à 16 heures (et les 31 déc., 1er et 2 janvier 2010 à 20 h 30, 3 janv. à 16 heures pour Shéhérazade). Le Sacre du Printemps de Maurice Béjart (1959) ; Daphnis et Chloé de Jean-Christophe Maillot, décors d’Ernest Pignon-Ernest, Les Ballets de Monte-Carlo, les 1er, 2 et 3 avril 2010 à 20 h 30, le 4 avril à 16 heures. Rens.www.monacodanceforum.com

THÉÂTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES, PARIS
L’Après-Midi d’un faune, Nijinsky, décors et costumes Bakst ; Le Pavillon d’Armide, M. Fokine, décors et costumes Anna Nezhnaya d’après Benois ; L’Oiseau de feu, Fokine, décors et costumes Anna et Anatoly Nezhny, d’après Alexandre Golovine et L. Bakst, Ballet du Kremlin, 5 et 6 mars, 20 heures, 7 mars, 17 heures.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°312 du 30 octobre 2009, avec le titre suivant : Centenaire des Ballets russes

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque