Dimanche 8 décembre 2019

Une vente controversée d'art religieux

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 6 février 2008 - 287 mots

ALENÇON [06.02.2008] - "Il est regrettable que notre patrimoine religieux parte dans des ventes aux enchères parce que des congrégations ferment leurs églises ou leurs chapelles."
Depuis l'annonce de la vente d'objets d'art sacré du culte catholique, organisée samedi 2 février à Alençon (Orne), l'évêque de Sées, Monseigneur Jean-Claude Boulanger, ne décolère pas. " Beaucoup de catholiques sont choqués de voir que des objets religieux sont vendus de la sorte ", martèle encore le prélat qui préfèrerait les voir donnés, notamment, à des musées d'art religieux. A l'inverse, le commissaire-priseur (Orne enchères) et organisateur de la vente, Maître Biget, se réjouit du regain d'intérêt que connaît ce genre d'objets. Pour preuve, cette deuxième vente d'art sacré qu'il a organisé en moins d'un an a remporté le succès escompté. Les 260 lots, qui provenaient essentiellement, d'une collection particulière suisse, de communautés religieuses d'Eure-et-Loir et de Haute-Normandie ont trouvé preneurs pour un montant total de 200 000 € ; soit 25 % au-dessus des attentes du commissaire-priseur. Parmi les pièces maîtresses, un christ en ivoire du XVIIe siècle, de 76 cm de haut a été adjugé 13 000 € (estimé 8 000 € à 10 000 €) et un " ornement " composé notamment d'une chasuble en soie noire et blanche a été acquis par un séminaire américain pour la somme de 4 000 €. Enfin, un ciboire en vermeil orné d'améthystes, fabriqué en 1926 pour la communauté du mont Saint-Michel, y retournera puisqu'il a été vendu au département de la Manche, pour 4 000 € (estimé 2 000 € à 3 000 €). Un succès qui devra encore être confirmé en décembre 2008 lors de la prochaine vente d'objets d'art sacré, organisée par Orne enchères.

Source : AFP
 
Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque