Une institution majeure pour les arts contemporains menace de fermer à Londres

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 26 janvier 2010

LONDRES (ROYAUME-UNI) [26.01.10] - L'Institute of contemporary arts (ICA), un centre culturel de Londres, pionnier de l'art moderne et contemporain anglais dans les années 1950, menace de fermer ses portes, victime d'un déficit creusé par la crise financière. L'institut doit réduire de moitié son budget salarial s'il ne veut pas déposer le bilan avant les mois prochains.

L'Institute of Contemporary Arts (ICA), un centre d'art contemporain basé à Londres depuis 1947, menace de fermer ses portes d'ici mai 2010, d'après son directeur Ekow Eshun.
Selon le Guardian, le directeur a évoqué devant le personnel un déficit budgétaire de plus de 600 000 livres (690 000 euros) qui menace d'augmenter à 1,2 millions de livres (1,37 millions d'euros) pour l'année fiscale en cours.

Parmi les mesures pour éviter cette fermeture, Ekow Eshun évoque une réduction de 50 % du budget salarial du centre. Sans une refonte complète de l'organisation, l'ICA pourrait être la première institution culturelle majeure de Grande-Bretagne à fermer ses portes à cause de la récession.
Depuis 2008, l'ICA a subi de sérieux revers économiques : en octobre 2008, une vente d'œuvres d'artistes britanniques, dont Damien Hirst, a rapporté moitié moins qu'espéré. En 2009, les dons consentis ont peiné à dépasser les 200 000 livres (230 000 euros), loin des montants auparavant perçus.

Depuis plusieurs années, les activités de l'ICA se sont diversifiées : à l'origine, le centre offrait un espace d'exposition pour les artistes contemporains. Il comprend désormais le cinéma, le théâtre, la musique, et des débats pluridisciplinaires lors de colloques et de soirées.
Autant de départements concurrents qu'Ekow Eshung prévoit de refondre en trois grandes directions : programmation, financement/gestion et communication.

Pour Rupert Christiansen dans le Telegraph, la question est de savoir si l'ICA a encore une place dans le paysage culturel anglais. Après l'ouverture de la Tate Modern, le centre n'a pas évolué, perdant son statut particulier de promoteur de l'art contemporain.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque