Vendredi 20 septembre 2019

Un nouvel indice pourrait permettre la découverte du fameux Salon d'ambre de Pierre le Grand

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 20 août 2010 - 352 mots

KALININGRAD (RUSSIE) [20.08.10] – Des chercheurs russes ont récemment découvert de nouveaux éléments qui soutiennent la théorie selon laquelle le fameux Salon d'ambre du château de Koenigsberg démonté par les nazis serait peut-être encore enseveli sous une des fortifications de la ville détruite pendant la Seconde Guerre mondiale.

La découverte d'une petite tablette métallique sur laquelle est inscrit « Trésor d'ambre » dans des pièces sous-terraines du château de Koenigsberg (actuelle Kaliningrad en Russie) laisse à penser que ceux-ci sont toujours ensevelis dans des pièces qui n'ont pas encore été dégagées. Selon l'agence de presse russe RiaNovosti, la tablette a probablement été perdue lors d'un transfert des caisses dans le sous-sol du château.

Le Salon d'ambre – ou la Chambre d'ambre – est une pièce entièrement recouverte de lambris sculptés dans de l'ambre authentique, de mosaïques florentines incrustées de pierres précieuses, d'or et de miroirs, offerte en 1716 par le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume Ier (1688-1740) au tsar Pierre Le Grand de Russie (1672-1725). Le tsar la transporta à Saint-Pétersbourg où elle est installée au Palais Catherine. En 1941, les troupes allemandes démontent et transfèrent l'ensemble dans des caisses dans l'ancien château des rois de Prusse à Koenigsberg. Elle est portée disparue depuis 1945. Seuls deux éléments de décoration de la chambre ont été retrouvés en Allemagne en 1997 et restitués à la Russie. En 2003, des plans retrouvés dans le Palais Catherine ont permis une reconstitution à l'identique de la pièce dans le palais.

Depuis 1945, de nombreux chercheurs et historiens se sont lancés à la recherche de ce trésor et plusieurs théories ont été avancées quant à sa possible localisation. Gravement endommagé pendant la guerre, le château a été rasé en 1968 par Brejnev et seule une partie des structures souterraines a été épargnée. C'est dans cette partie qui n'a pas encore été dégagée que les experts pensent trouver d'autres indices qui les conduiraient à la découverte du trésor, a précisé Avenir Ovsyanov, un des responsables en charge de la préservation culturelle de la région de Kaliningrad.

L'ensemble de plus de 6 tonnes est aujourd'hui estimé à plus de 170 millions d'euros.

Légende photo

Reconstitution d'une partie de la Chambre d'Ambre à Saint-Pétersbourg - Photographe : Jeanyfan - Domaine public

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque