Mercredi 17 octobre 2018

Tour Triangle à Paris : l'enquête publique rend un avis favorable

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 2 février 2017 - 348 mots

PARIS [01.02.17] - L'enquête publique sur le projet très contesté de la tour Triangle à Paris, a rendu mercredi un avis favorable à sa construction avec quelques réserves, a annoncé la Ville de Paris.

Projet de la Tour Triangle de Herzog et de Meuron à Paris
Projet de la Tour Triangle de Herzog et de Meuron à Paris

La commission, "après avoir fait la synthèse des observations et examiné les différents aspects du projet et de son environnement - attractivité de Paris et de la Métropole, accessibilité, éléments programmatiques, etc - a décidé de rendre un avis favorable", indique un communiqué. "C'est une excellente nouvelle qui confirme la pertinence de ce projet qui vise à renforcer l'attractivité métropolitaine. Dans un contexte post-Brexit, c'est un signal fort envoyé aux entreprises qui réfléchissent à une implantation à Paris et dans le marché européen", s'est réjoui Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris Anne Hidalgo en charge de l'urbanisme.

Cet édifice de 180 mètres de haut doit être implanté porte de Versailles. Le projet de 42 étages dont la construction est prévue d'ici à 2020, comporte un hôtel quatre étoiles de 120 chambres avec un "sky bar", 2 200 mètres carrés d'espace de "coworking" et un équipement culturel de 540m2.

Dans son rapport, la commission a toutefois émis deux réserves, sur l'amélioration des performances énergétiques du bâtiment et sur des mesures complémentaires de sécurité en raison de la proximité avec le ministère de la Défense, précise la Ville. "Le promoteur devra intégrer ces points dans sa demande de permis de construire. Ce sont des mesures nécessaires et utiles", a estimé Jean-Louis Missika, soulignant qu'ils n'impliquent "pas de changements majeurs dans le projet".

Le Conseil de Paris avait approuvé le 30 juin 2015, à une courte majorité, ce nouveau projet. Mme Hidalgo avait alors rappelé que la construction du gratte-ciel représentait un investissement privé de 500 millions d'euros et la promesse de 5 000 emplois.

Une précédente version de ce projet controversé, porté par le groupe Unibail-Rodamco, avait été rejetée en novembre 2014 par la même assemblée, à la faveur d'une coalition des Verts avec la droite et le centre. Ce vote avait ensuite été annulé par le tribunal administratif, saisi par le groupe PS.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque