Mardi 22 septembre 2020

Syrie : Il faut 5 ans pour restaurer les monuments détruits à Palmyre

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 29 mars 2016 - 300 mots

DAMAS [28.03.16] - Le chef des Antiquités et des Musées de Syrie a affirmé lundi à l'AFP qu'il faudrait cinq ans pour réhabiliter les monuments détruits ou endommagés dans la cité antique de Palmyre occupée pendant 10 mois par le groupe Etat islamique (EI).

"Si nous avons l'approbation de l'Unesco, il nous faut cinq ans pour restaurer les bâtiments détruits et endommagés par l'EI", a déclaré Maamoun Abdelkarim, au lendemain de la reprise de la ville de Palmyre (centre) par les forces prorégime.

"Nous avons le personnel qualifié, nous avons le savoir-faire et nous avons les études, il faut bien sûr l'accord de l'Unesco et nous pourrons commencer les travaux dans un an", a-t-il ajouté.

Outre la citadelle du 13e siècle qui a été endommagée lors des combats pour la prise de la ville, les jihadistes ont détruit les magnifiques temples de Bêl et Baalshamin, l'Arc de triomphe, des tours funéraires ainsi que le Lion d'al-Lât.

M. Abdelkarim a toutefois souligné que "80% des ruines antiques étaient en bon état".

"Mes collègues sont arrivés lundi à Palmyre et je leur ai demandé de procéder à une évaluation de l'état des pierres et de la vieille ville. Ils photographient et documentent les dommages, et ensuite la restauration pourra commencer", a-t-il expliqué.

"Nous devons nous occuper immédiatement de la citadelle car elle est en danger en raison des dégâts subis et nous devons commencer tout de suite l'évaluation de l'état des pierres de Bêl et Baalshamin", a poursuivi M. Abdelkarim.

Selon lui, "rien n'a été volé" en raison de la pression de la population de la ville.

Il a confié que la directrice générale de l'Unesco Irina Bokova l'avait personnellement félicité lundi pour la libération de Palmyre. "Une réunion exceptionnelle" aura lieu cette semaine au siège de l'Unesco à Paris, a-t-il dit.

Légende photo

Le Lion de Palmyre, également connu sous les noms de « Lion d'Athéna » et de « Lion du temple d'Al-Lât », voire de « Lion d'Al-Lât », Ier s. ap. J.-C. © Photo Mappo - 2010 - Licence CC BY-SA 4.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque