Dimanche 29 novembre 2020

Rodin voyeur

Par Marie Frumholtz · L'ŒIL

Le 29 août 2017 - 138 mots

Cette couverture d’un rouge sulfureux un peu forcé renferme une très belle étude de dessins tardifs de la main de Rodin.

S’y trouvent rassemblés cent vingt et un croquis de jeunes femmes, ses nombreux modèles, saisies sur le vif, dans des poses lascives, acrobatiques parfois, et éminemment subjectives, sans voile de pudeur. Découverts en 1917 par Judith Cladel, biographe de l’artiste, ils se trouvaient dans un carton sur lequel était inscrit « musée secret, collection privée ». Ces œuvres érotiques, voire crues, ont été réalisées en atelier et sont indépendantes de son travail de sculpture. Exécutés au crayon, rehaussés pour certains au lavis, ces dessins n’ont rien d’académique, le sujet n’est ni surélevé, ni figé et semble très proche du spectateur. Jamais exposés, ce n’est que cent ans plus tard qu’il est permis, enfin, de les contempler dans leur totalité.

Nadine Lehni et Catherine Chevillot,
Rodin, son musée secret,
coédition Musée Rodin, Albin Michel, 272 p, 35 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°704 du 1 septembre 2017, avec le titre suivant : Rodin voyeur

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque