L’affluence des groupes

Versailles, mode d’emploi

Petit guide à l’usage du visiteur individuel

Le Journal des Arts

Le 7 juin 2010

En juin, une visite du château et du parc de Versailles s’avère plus que tentante. Mais comment découvrir intelligemment le musée à l’écart des groupes de touristes ? Quelques conseils utiles pour une visite approfondie et au calme.

VERSAILLES - D’une manière générale, les jeudis et vendredis sont les jours les plus favorables pour profiter de Versailles. En effet, les visiteurs se concentrent en début de semaine et le week-end tout particulièrement. Le domaine est à éviter le mardi, jour de fermeture des musées nationaux de la capitale, le mercredi également, jour des groupes scolaires.

Une fois sur place, il faut prendre à contre-pied les groupes des tours operators qui sont légion au printemps et en été. Trois cent mille visiteurs ont envahi le château en août l’année dernière, contre à peine cent mille en décembre. Mieux jugulés grâce à un système informatique de réservation, qui leur permet un accès immédiat et séparé, les groupes forment néanmoins de véritables bouchons dans les grands appartements. Pour les éviter et savourer en paix salon de la paix, galerie des glaces et chambre de la reine, il est conseillé de revenir après 15 heures. À cette heure, les groupes regagnent Paris, où tour Eiffel, bateaux-mouches et Moulin rouge les attendent.

Programmer son emploi du temps
Deuxième nécessité : programmer son emploi du temps. Versailles offre aux curieux une palette de visites très diversifiées. Choisissez en premier lieu, le circuit dit de la Chambre du roi, avec les commentaires d’un audioguide, sorte de walkman déversant un message historique simplifié. Il présente l’avantage d’être immédiatement disponible, à la différence d’un guide. Les appartements du roi, du dauphin et de la dauphine une fois parcourus, le visiteur peut se consacrer aux visites plus approfondies menées par les conférenciers des musées nationaux. Au choix, l’opéra, la chapelle, les petits appartements de Louis XV et Louis XVI, ceux de Marie-Antoinette, de madame de Pompadour et madame du Barry. Le parcours peut être ainsi saupoudré d’anecdotes surprenantes. Madame de Pompadour disposait, pour accéder à ses appartements, de l’ancêtre de l’ascenseur, une sorte de cage en osier actionnée par un système de poulies ; les toits du palais croulaient sous de véritables jardins suspendus ; Louis XV, contrairement aux légendes tenaces, prenait son bain tous les jours... La découverte des appartements de Marie-Antoinette, avec sa salle de billard récemment restaurée, est particulièrement séduisante.

Le Musée d’histoire
Les salles du XVIIe et du XVIIIe du Musée d’histoire inauguré en 1837 par Louis-Philippe sont des lieux plus déserts. Plus de conférencier ici, ni d’audioguide, mais du Saint-Simon en images. Des portraits de Lebrun, Mignard ou Nattier côtoient de véritables tableaux reportages, comme la série des maisons royales, précieux témoignage notamment de l’état successif du château et du parc depuis le premier Versailles jusqu’à Louis XVI. À découvrir également : les salles du Consulat, de l’Empire et du XIXe siècle. Toute l’histoire de France, de l’apogée impériale au Second Empire  défile sous nos yeux grâce à Gérard, Gros, Horace Vernet ou Winterhalter. Régulièrement fermées, faute de personnel, ces salles ne sont ouvertes que certains jours de la semaine. Il est donc prudent de s’informer.

Revenir en hiver
Le mois de juin est une période idéale pour flâner dans le parc où sont organisées, dans le cadre du "mois des jardins", tout une série de manifestations, comme la découverte avec un conférencier des jardins à la française et à l’anglaise de Trianon, ou l’ouverture exceptionnelle au public de l’Orangerie. Il ne faut pas manquer les trop rares visites du petit théâtre de Marie-Antoinette à Trianon, avec sa machinerie toute en bois et ses loges bleu céleste.

Par ailleurs, les visites à thèmes prodiguées le samedi au château permettent d’élargir la connaissance du monument. Sont prévues, cette saison 94-95, des conférences variées sur les fabriques de Trianon, l’Escalier des ambassadeurs ou la Galerie des batailles. Des cycles de visites approfondies, d’autre part, placent Versailles dans une perspective plus largement historique. Ils abordent des sujets tels que l’hygiène et la médecine au XVIIIe ou encore les costumes de cour sous l’Ancien Régime.
Ultime conseil : revenir à Versailles en novembre ou décembre. "C’est en hiver, souligne une gardienne, que l’on retrouve le château ."

Château de Versailles : ouvert tous les jours sauf le lundi, du 2 mai au 30 septembre de 9h à 18h30. Pour tout renseignement : 30 84 74 00.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°4 du 1 juin 1994, avec le titre suivant : Versailles, mode d’emploi

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque