Mercredi 19 décembre 2018

Etats-Unis

Un musée pour les Afro-Américains

Le Journal des Arts

Le 23 janvier 2004 - 445 mots

Washington va accueillir une nouvelle institution, consacrée à la culture noire américaine.

 WASHINGTON, DC - Le Congrès américain a décidé le 19 novembre 2003 de la création d’un Musée national de l’histoire et de la culture afro-américaine, qui fera partie intégrante du Smithsonian Institution, à Washington. Ce musée comprendra « de l’art, des objets d’arts historiques et des archives concernant l’histoire et la culture des Afro-Américains et des Africains de la diaspora », pour raconter, notamment, l’histoire de l’esclavage, la reconstruction dans le Sud après la guerre de Sécession, la « Harlem Renaissance » au début du XXe siècle et le mouvement des droits civils.
Selon la nouvelle loi, signée par le président américain le 16 décembre 2003, le Smithsonian accueillera le musée dans un lieu probablement en marge du Musée national d’histoire américaine, des Archives nationales, du Musée national de l’Indien d’Amérique et de la National Gallery of Art. Toujours d’après cette loi, le Smithsonian financera la moitié des coûts de construction, estimés à 400 millions de dollars (315 millions d’euros) ; le reste  proviendra de sources non fédérales. Le démarrage du projet bénéficie d’une dotation de 17 millions de dollars pour l’année 2004, qui vient s’ajouter aux 15 millions de dollars destinés au développement de programmes d’éducation relatifs à l’histoire afro-américaine.
La nouvelle institution sera dotée de cinq départements : Art, Histoire de l’art, Arts vivants, Art multimédia, Histoire et Photographie. L’ensemble des musées du Smithsonian contribueront à la création de la collection en fournissant des pièces et des objets d’art issus de leurs propres fonds, et il paraît vraisemblable que le nouveau musée attirera une avalanche de dons. « Nous avons reçu beaucoup de propositions de tout le pays pour des dons ou des offres de ventes de collections pour le musée », se félicite George McDonald, responsable du projet pour la commission présidentielle du musée. Il ajoute que la revue Ebony (en français « ébène », revue bimestrielle dédiée à la culture afro-américaine) et le Chicago Defender (premier quotidien destiné à un lectorat afro-américain, créé en 1905) envisagent tous deux de léguer leurs archives.
C’est une grande victoire pour John Lewis, membre du Congrès, qui a fait campagne en faveur de la création de ce musée pendant près de quinze ans. Ce démocrate de Georgie a dû attendre 2001 avant que ne soit créée une commission d’examen du projet, et ce grâce au soutien de Sam Brownback, sénateur du Kansas, et de Christopher Dodd, sénateur du Connecticut. Ce groupe a tenu des sessions à travers le pays avant de publier un rapport en avril 2003 ; le 19 novembre 2003, le Congrès a adopté le projet par 409 voix contre 9.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°185 du 23 janvier 2004, avec le titre suivant : Un musée pour les Afro-Américains

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque