Dimanche 16 décembre 2018

ENTRETIEN

Sir Norman Rosenthal, commissaire d’exposition

Par Martin Bailey · Le Journal des Arts

Le 12 mars 2008 - 1006 mots

Sir Norman Rosenthal, secrétaire aux expositions de la Royal Academy de Londres depuis 31 ans, a quitté son poste le mois dernier. Dans l’entretien qui suit, il relate avec franchise son départ forcé d’une institution pour laquelle il aurait été heureux de continuer à travailler une décennie de plus.

Pourquoi quittez-vous la Royal Academy ?
Voici un an j’ai envoyé une lettre au président, Sir Nicholas Grimshaw. Qu’on m’en ait convaincu ou que je l’aie décidé, je ne sais trop, mais j’écrivais que je me retirerais dès mes premiers droits à la retraite, en mai. Puis, par hasard, est venue l’annonce en juin de mon anoblissement, et j’ai estimé que ce n’était pas le moment opportun pour mon départ. À l’automne, j’ai été résolument poussé à partir. D’un certain point de vue, je suis très heureux de cette situation qui m’ouvre un chapitre potentiellement très riche pour une future carrière dans le merveilleux monde des arts. Mais si l’on m’avait demandé mon avis, j’aurais fort volontiers continué à travailler là une décennie de plus, à assurer la même tâche de renouveau et de revitalisation permanente de la Royal Academy. Je l’ai indiqué très clairement à ses responsables, qui apparemment n’y tenaient pas. Si l’on ne se sent pas apprécié, il n’y a pas de raison de rester.

Votre décision de partir est intervenue très peu de temps après l’arrivée de Charles Saumarez Smith. Quel a été son rôle ?
Charles a joué le rôle attendu par l’institution. On ne peut pas dire qu’il m’ait encouragé à rester. Je n’entretenais pas autour de moi l’ambiance qu’il aurait souhaitée. Il n’a pas estimé, à mon avis, que j’étais un atout suffisamment important pour me dire « Je t’en prie, Norman, reste parmi nous ». Je suis finalement parti du fait d’une poignée d’administrateurs de la Royal Academy, que je ne veux pas désigner nommément. Il faut également rappeler que le président du conseil des expositions, Tom Phillips, qui a été aussi mon mentor et mon conseiller, a reçu en novembre une lettre lui signifiant qu’au terme de sa longue et belle carrière on n’avait plus besoin de ses services : « Il nous faut quelqu’un de nouveau », lui disait-on. On l’a alors remplacé par Anthony Green. Je ne vais même plus aux réunions de ce conseil.

Votre départ a-t-il été déterminé par des difficultés factuelles ou des conflits personnels ?
Selon mon analyse, j’étais, à l’extérieur, très largement identifié avec la Royal Academy, pour le meilleur comme pour le pire. Les membres de l’institution cherchent aujourd’hui à s’affirmer davantage, et ils ont parfois trouvé la situation malsaine. Et peut-être l’est-elle aussi pour moi comme pour eux. Ces dernières années au moins deux directeurs de grands musées m’ont dit : « Norman, nous ne prêtons pas de tableaux à la Royal Academy, parce qu’elle n’a rien ou presque à prêter, c’est à toi que nous les prêtons. » C’est très flatteur, mais légèrement embarrassant…

Le monde des arts vous fait la réputation d’un conservateur brillant, mais aussi tyrannique : l’image vous semble-t-elle juste ?
Une fois qu’on a décidé ce que l’on veut, il faut le réaliser avec la détermination voulue. C’est comme au théâtre, si l’on ne suit pas ce qu’a décidé le metteur en scène, la pièce tourne à la cacophonie. Parfois, je me dis que je ne suis pas assez tyrannique. Les situations me contraignent à être trop gentil, on attend que les gens soient « gentils » dans le contexte actuel du politiquement correct.

Rétrospectivement, quelles sont à vos yeux vos plus grandes expositions ?
La plus importante a sûrement été « A New Spirit in Painting » en 1981 et plus récemment « Sensation » en 1997, qui ont toutes deux influé sur le monde de l’art contemporain de l’époque. Mais il y a eu beaucoup de grandes expositions : Mantegna, les Aztèques, les Ottomans, Botticelli, l’Afrique, l’Allemagne du XXe siècle, Murillo, Le Caravage, Naples, Monet au tournant des XIXe et XXe siècles…

Vous avez observé beaucoup de changements en 31 ans. Comment la Royal Academy a-t-elle évolué en tant qu’institution ?
Comme le reste du monde, elle s’est largement bureaucratisée. C’est un désastre, parce que son caractère non bureaucratique était sa principale force.

Qu’auriez-vous aimé faire pour la Royal Academy si vous aviez pu demeurer en poste ?
D’un côté, c’est une institution d’esprit provincial, mais de l’autre, c’est une plate-forme internationale d’importance vitale, et c’est ce qui m’intéresse. Il n’y a rien à redire à l’aspect provincial, bien représenté par l’exposition d’été. C’est l’aspect international que j’aurais souhaité développer encore plus que je ne l’ai fait.

À quoi allez-vous vous consacrer maintenant ?
Je vais continuer à organiser des expositions spéciales pour la Royal Academy. Un ami m’a dit récemment : « Ne prends aucun autre engagement pour les trois mois qui viennent ». Je suis son conseil. Un autre m’a dit : « Norman, tu es une marchandise. »

Allez-vous travailler pour Charles Saatchi ?
Peut-être, à l’occasion.

Et le commissariat de la biennale de Venise ?
Si on me sollicitait, j’accepterais. J’adorerais monter une exposition de cette nature et de ce prestige.

Aimeriez-vous travailler pour l’opéra, qui est une autre de vos grandes passions ?
Un des emplois dont je rêve serait de diriger un opéra prestigieux, et d’associer tout mon amour de la musique à ma passion de l’art contemporain. Et oserai-je le dire, d’être un nouveau Diaghilev, et de réunir de grands artistes de toutes les disciplines et de tous les médias, ce que je saurais assez bien faire, je crois.

Est-il difficile de quitter la Royal Academy ?
Quand je suis à Piccadilly dans le bus n°9 et que je passe devant la Royal Academy, je n’ai jamais le regard du propriétaire. Mais y avoir travaillé aussi longtemps aura été un grand privilège.

Vous sentez-vous libéré au-jourd’hui ou ressentez-vous un manque ?
Un peu des deux. C’est une grande institution, avec un énorme potentiel de développement, et il est un peu triste de n’être plus à l’intérieur pour y contribuer. Mais, par ailleurs, je me sens profondément libéré.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°277 du 14 mars 2008, avec le titre suivant : Sir Norman Rosenthal, commissaire d’exposition

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque