Los Angeles

Miracle à l’américaine pour le Los Angeles County Museum ?

Le Journal des Arts

Le 1 mai 1994

Le Los Angeles County Museum connaît une grave crise financière. Son salut pourrait venir d’ailleurs. Si la Christian Science Church se refuse à endosser le contenu d’un ouvrage quelque peu sulfureux d’un de ses membres éminents, le legs substantiel fait par sa femme à l’Église serait alors partagé entre le musée et l’université de Stanford. La justice est saisie et l’espoir règne.

LOS ANGELES - Depuis ses débuts en 1965, le Los Angeles County Museum (LACMA) dépend, pour une moitié de son budget de fonctionnement, des fonds alloués par le comté. Aussi, lorsque le gouvernement, la récession venue, amputa ses subventions de 3 millions de dollars (environ 18 millions de francs) en l’espace de deux ans, le musée s’est trouvé entraîné dans un tourbillon de mesures d’urgence. Dépourvu d’une dotation suffisante pour compenser la diminution des fonds publics, le musée a été contraint de réduire son personnel, de fermer des salles, de restreindre les horaires d’ouverture et de pratiquer des coupes claires dans ses programmes.
Mais le LACMA pourrait profiter d’une aubaine juridico-religieuse s’il gagne le procès qu’il fait à la Christian Science Church.

Une "divinité" mise en cause par la Christian Science Church
En 1947, Bliss Knapp, membre éminent de l’Église de la Science chrétienne, et fils de son premier président, regroupa en un livre intitulé The Destiny of the Mother Church des textes de controverses et d’exégèses tirés de ses conférences. Il y faisait le récit de l’association de ses parents avec la fondatrice de l’Église, Mary Baker Eddy, et révélait que celle-ci avait enseigné, en secret, aux membres de l’Église qu’elle était "l’équivalent féminin du Christ". Les notables de l’Église mirent à l’index le livre, jugé hérétique, mais Bliss Knapp insista pour qu’il soit publié avec l’aval de l’Église.

La requête, restée vaine, connut un rebondissement posthume lorsque Bella et Éloïse Mabury, femme et belle-sœur de Bliss Knapp, firent, respectivement en 1965 et 1974, deux legs substantiels d’un montant total de 100 millions de dollars (600 millions de francs environ), à la Christian Science Church, à une condition sine qua non : la publication par l’Église, sous une forme non expurgée, du livre de Bliss Knapp.

Au cas où l’Église ne respecterait pas les conditions stipulées par le testament, les deux successions devraient être divisées, à parts égales, entre le Los Angeles County Museum et l’université de Stanford. L’Église revint alors sur sa décision d’interdiction. Elle publia bien le livre en 1991, mais y ajouta une introduction qui précisait qu’il s’agissait d’un premier ouvrage consacrée à Mary Baker Eddy, dans le cadre d’une collection de biographies créée à cet effet, et avertissait le lecteur que les opinions exprimées par l’auteur n’engageaient que lui.

Mauvaise grâce ou mystification ?
Le musée et l’université ont considéré alors que l’Église n’avait pas agi selon les conditions du legs, puisqu’elle n’avait pas assumé le contenu du livre, et ont engagé une action en justice pour réclamer leur part de la succession. Chip Rawlings, l’avocat qui défend les intérêts du musée, a déclaré à The Art Newspaper : "Ils discréditent ce livre, tout en feignant de se conformer aux conditions exigées. Cette soumission de mauvaise grâce n’est qu’une tentative pour empocher l’argent sans satisfaire réellement aux conditions du legs."

L’Église prétend, pour sa part, qu’elle ne fait pas de distinction entre littérature "autorisée" ou non, et conteste le droit des autorités judiciaires de s’immiscer dans des affaires concernant la religion.
Le LACMA attend avec intérêt les résultats du procès, mais a d’autres préoccupations importantes. Depuis août dernier, le musée n’a plus de directeur. Ne pouvant faire face aux problèmes financiers rencontrés par le musée, Michael E. Shapiro a démissionné au bout de dix mois, et huit conservateurs sont allés chercher fortune ailleurs.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°3 du 1 mai 1994, avec le titre suivant : Miracle à l’américaine pour le Los Angeles County Museum ?

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque