Mercredi 17 octobre 2018

Ouverture au public de l’immeuble restauré de Donald Judd

Par Stefan Cornic · lejournaldesarts.fr

Le 26 avril 2013 - 538 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [26.04.13] – Après trois ans de travaux, l’immeuble de Donald Judd, situé au cœur du Cast Iron District de Soho, ouvrira au public en juin 2013. Atelier et habitation de Judd de 1968 à 1994, le 101 Spring Street abrite plusieurs œuvres de l’artiste et de sa collection.

Donald Judd déclarait avoir été fondamentalement inspiré dans sa création artistique par l’espace et la nature même du bâtiment qu’il occupait au cœur de Soho, à Manhattan. Le 101 Spring Street, ainsi que les œuvres qu’il contient, seront bientôt visibles, puisque après trois ans de restauration (pour un coût d’environ 23 millions de dollars) et le retrait d’un échafaudage qui en masquait la façade pendant près de dix ans, l’immeuble de Donald Judd ouvre en juin 2013.

Le bâtiment de quatre étages acheté par Donald Judd en 1968 fut occupé par l’artiste américain jusqu’à sa mort en 1994. L’objectif des rénovations intérieures est principalement de rendre accessible au public un espace privé, répondre aux normes de sécurités actuelles, et ainsi présenter les ateliers et les espaces domestiques tels qu’ils avaient été laissés au décès de l’artiste.

Des visites guidées, sur rendez-vous, seront proposées par la Judd Foundation, qui installe des bureaux dans les sous-sols. De la cuisine aux ateliers en passant par la chambre : sculptures, peintures, dessins, mobilier et objets domestiques seront présentés sur les cinq niveaux. Outre les réalisations sculpturales de Judd, des œuvres d’artistes comme Carl Andre, John Chamberlain, Marcel Duchamp, Dan Flavin, Claes Oldenburg ou encore Frank Stella habitent les lieux. Le lit de Judd, face à une œuvre en néons de Dan Flavin, ou des pièces de mobilier de Thonet, Alvar Aalto et Gerrit Rietveld sont également présentées.

Un espace caractéristique de l'architecture industrielle américaine de la fin du XIXe

La partie la plus importante des restaurations - menées  en partie par le fils de Donald Judd, Flavin Judd, prénommé en hommage à Dan Flavin - concerne l’immeuble en lui-même et sa façade, un exemple emblématique de « cast iron building » (littéralement immeuble de fonte).

Construit en 1870 par Nicholas Whyte, et acheté 68 000 dollars par Donald Judd en 1968, époque où le quartier de Soho drainait les artistes en quête d’espace mais également d’immobilier bon marché, l’immeuble de Judd est parfaitement représentatif de cette architecture industrielle américaine de la fin du XIXe siècle : hauteur sous plafond, espaces non cloisonnés, importantes surfaces vitrées. Ces édifices (principalement dédiés au textile) sont reconnaissables à leurs larges fenêtres et leurs éléments ornementaux de fonte moulée en façades, qui transposent dans l’architecture métallique américaine des symboles de l’architecture classique européenne, pour se les approprier et développer une nouvelle identité (qui deviendra le gratte-ciel). En 1978, le 101 Spring Street a été inscrit sur la liste du « National Register of Historic Places », en tant qu’exemple illustrateur du quartier historique de Soho, le « Soho Historic Cast Iron District ».

Le 101 Spring Street constituera dès juin 2013 un nouveau lieu approprié par un artiste visitable, au même titre que The earth room de Walter de Maria, ou encore The broken kilometer, deux œuvres monumentales entretenues par la Dia Art Foundation et qui occupent respectivement deux espaces dans des immeubles de ce quartier new-yorkais.

Légende photo

101 Spring Street, New York, Exterior, 1972 - © Photo Paul Katz - © Paul Katz / Courtesy Judd Foundation Archives.

101 Spring Street, New York, 5th Floor, 2013 - © Photo Josh White. Donald Judd Art - © Judd Foundation. Licensed by VAGA, New York - © Claes Oldenburg, Lucas Samaras, Dan Flavin, Stephen Flavin/Artists Rights Society. (ARS), New York. - © Donald Judd Furniture / Judd Foundation.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque