Mercredi 23 septembre 2020

Art contemporain

ENTRETIEN

Bernard de Montferrand / Claire Jacquet : "Ce sera à la Méca de s’adapter aux projets des artistes"

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 27 juin 2019 - 657 mots

Bernard de Montferrand est le président du Frac Nouvelle-Aquitaine Méca, dirigé par Claire Jacquet depuis 2007.

Le 29 juin, le Frac Nouvelle-Aquitaine a ouvert ses portes dans le nouveau bâtiment de la Maison de l’économie créative et de la culture en Nouvelle-Aquitaine (la Méca), à Bordeaux. Quel place le Frac occupe-t-il dans cette architecture remarquable dédiée à « l’économie créative » ?

Bernard de montferrand  - La présence du Frac à la Méca est un formidable message d’ouverture lancé par la région dans le monde globalisé du XXIe siècle. Au sein de ce nouveau bâtiment, l’ambition du Frac est de demeurer une tête chercheuse en matière d’art d’aujourd’hui, de continuer à élargir sa collection et à démocratiser la connaissance de l’art tout en devenant un facteur de créativité auprès des entreprises de la région.

À la Méca, le Frac rejoint deux autres agences régionales : l’Oara (en charge du spectacle vivant) et l’Alca (l’Agence du livre, du cinéma et de l’audiovisuel). Quelles seront les synergies entre ces trois structures ?

Claire Jacquet  - C’est tout l’intérêt du projet architectural de nous réunir, de conjuguer nos forces autour de projets d’artistes dont on connaît l’appétence à vouloir croiser les disciplines. Ensuite, ce sera à nous de nous adapter aux projets des artistes. Bien évidemment, nous avons déjà testé des idées d’interdisciplinarité. Le Frac a lancé la collection « Fiction à l’œuvre », qui consiste à inviter des écrivains à s’emparer d’œuvres du Frac pour écrire des récits dont certains, comme ceux de Thomas Clerc et de Noëlle Renaude, ont pu être mis en scène au théâtre.

Construite le long de la Garonne, près de la gare SNCF, la Méca jouit d’une situation centrale à Bordeaux. Allez-vous continuer à rayonner dans la région, auprès des centres d’art et des scolaires ?

B. de M.  - La priorité des Frac, surtout dans la France d’aujourd’hui, continue d’être des outils de l’État et des régions pour l’aménagement culturel du territoire. Notre mission est de créer du lien social, d’amener de la culture et de l’art dans des endroits où peu de gens vont. Ensuite, les Frac ont toujours pour mission principale la démocratisation de l’art. Seulement 34 % de personnes ont vu une exposition, ou sont entrées dans un musée, durant l’année précédente. Cela signifie qu’il reste encore énormément de personnes en dehors de cet univers.

C. J.  - Le Frac a toujours su répondre aux besoins qui lui étaient formulés. Il ne possédait pas suffisamment d’œuvres d’extérieur ? Nous nous sommes engagés sur de nouvelles productions. Au sein du nouveau pôle innovation & création de la Méca, qui permet d’associer des artistes et des entreprises sur des travaux d’innovation, nous avons mis en relation l’artiste Alice Raymond et l’entreprise bordelaise T2l, spécialisée dans la tôlerie, afin de produire des œuvres pour l’extérieur. À côté de ce nouveau pôle, nous avons également développé un mode de présentation inédit : le Meccano de la régionale, un mobilier design sous forme de chevalets que l’on peut installer partout afin d’aller au-devant des publics, dans les hôpitaux, les centres commerciaux, etc. pour leur présenter des œuvres originales.

Quel est le sujet de l’exposition inaugurale, « Il Est Une fois dans l’Ouest » ?

C. J.  - L’exposition fait état de la dynamique de la scène contemporaine de la Nouvelle-Aquitaine, en invitant des artistes ou des commissaires, comme Charles Fréger ou Martial Raysse (qui vit en Dordogne), à porter des regards différents sur cette scène. Cette exposition ne pouvait se faire nulle part ailleurs qu’ici.

 

1 200 

Nombre d’œuvres acquises par le Frac Nouvelle-Aquitaine depuis plus de 37 ans.

La Méca

Le bâtiment de 12 000 m2, 120 m de long et 37 m de haut a été dessiné par l’agence danoise BIG (Bjarke Ingels Group) associée à Freak (Paris).

 

« Je suis persuadé que le monde du livre, de l’art contemporain, de l’art de la scène et du cirque va faire surgir de la Méca des projets exceptionnels ! »Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°725 du 1 juillet 2019, avec le titre suivant : Bernard de Montferrand / Claire Jacquet : "Ce sera à la Méca de s’adapter aux projets des artistes"

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque