Mercredi 19 décembre 2018

Nalini Malani - Vidéaste

Par Vincent Delaury · L'ŒIL

Le 21 décembre 2017 - 295 mots

Artiste indienne née à Karachi en 1946, vivant et travaillant à Mumbai (Bombay), Nalini Malani, représentée en France par la Galerie Lelong & Co., bénéficie dans l’Hexagone et en Italie de sa toute première rétrospective consacrée à sa production variée combinant dessin, peinture, performance, vidéo et installation.

L’exposition retrace en deux volets cinquante années de création de cette plasticienne majeure, artiste engagée qui, depuis toujours, traite de la condition féminine - « En Inde, être une femme, c’est déjà être une caste » - et de la violence sous toutes ses formes, insistant particulièrement sur la montée du fondamentalisme hindou. Pionnière en Inde de l’art vidéo, cette créatrice courageuse s’était vue entendre, dès 1969, un méprisant « Mais pourquoi tu t’exposes comme cela ? », de la part de collègues masculins qui, sciemment, ignoraient les thèmes ouvertement féministes, dont la sexualité au féminin, de ses premières expérimentations filmiques à l’atelier VIEW de Bombay.
Attention, même si, depuis l’origine, Nalini aborde, telle une journaliste, les questions politiques et sociétales de son pays, elle n’en oublie pas moins d’être profondément artiste - ses pièces, notamment ses théâtres d’ombres, sont esthétiquement puissantes - et d’ouvrir sa création à une universalité : son œuvre, foisonnante et complexe, multiplie les références aux cultures indienne et occidentale afin de faire finement dialoguer les mythes avec l’histoire contemporaine internationale.

1946
Naissance à Karachi (actuel Pakistan)
1964-1967
Participe à la communauté artistique du Bhulabhai Memorial Institute (Bombay)
1964-1969
Diplômée de la Sir Jamshedjee Jeejeebhoy School of Art de Bombay
1970-1972
Bourse du gouvernement français pour venir travailler à Paris
2005
Représente l’Inde à la 52e Biennale de Venise, sous la direction de Robert Storr
2017-2018
Rétrospective « 1969-2018, La rébellion des morts » , au Centre Pompidou jusqu’au 8 janvier 2018, qui se poursuivra au Castello di Rivoli à Turin du 27 mars au 22 juillet

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°708 du 1 janvier 2018, avec le titre suivant : Nalini Malani - Vidéaste

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque