Mercredi 17 octobre 2018

Metropolis et Casablanca : succès et déception des ventes d’objets de cinéma

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 19 décembre 2012 - 399 mots

NEW YORK/LOS ANGELES (ETATS-UNIS) [19.12.12] – Alors que le succès de la vente du poster de « Metropolis » été annoncé, la vente du piano du film « Casablanca » est restée très timide, adjugé au-dessous de son estimation basse.

Comme annoncé dans la presse, le lot de neuf pièces de l’histoire du cinéma hollywoodien mises aux enchères le 13 décembre par le tribunal du commerce américain a dépassé le million de dollar, a rapporté Reuters. La pièce phare était sans conteste l’affiche originale du film « Metropolis » (1927), l’un des plus grands succès du cinéma muet.

Cet exemplaire est le quatrième et dernier encore connu de l’affiche. Les trois premiers appartiennent aujourd’hui au MoMA, à la bibliothèque nationale d’Autriche et à l’acteur Leonardo Dicaprio. La pièce était donc très prisée par les collectionneurs. Les lots, qui comprenaient également les affiches de « L’Homme Invisible », de « King Kong » (1933) et le tableau original d’Elvis Presley pour l’affiche « Le Rock du bagne », sont partis pour la somme d’1,2 million de dollars, adjugée au collectionneur Ralph DeLuca.

L’affiche « Metropolis » ne dépasse pas son record cependant. Elle avait été vendue 690 000 dollars en 2005 au collectionneur Kenneth Schacter, qui a dû s’en séparer le 13 décembre, après avoir fait faillite.

Pour le nouveau propriétaire, un passionné de vieux film, l’affiche est un trésor. « C’est le "Cri", le "Guernica" des posters de films » a-t-il expliqué. Et d’ajouter « Je pense honnêtement que le poster de "Metropolis" vaut bien plus que tout le reste du lot ». Il pense en effet un jour pouvoir le vendre 2 millions de dollars.

Mais si cette vente était sans surprise, les amateurs de cinéma seront sûrement étonnés d’apprendre que le célèbre piano du film « Casablanca » (1942) mis aux enchères à New York le 15 décembre s’est vendu 600 000 dollars (455 000 euros) frais inclus, soit 200 000 dollars de moins que son estimation basse.

Utilisé dans la très célèbre scène du flash-back à Paris, pour la chanson « As Time Goes By », le piano était devenu une icône du film. Sotheby’s avait d’ailleurs estimé la pièce entre 800 000 et 1,2 million de dollars.

Il avait été vendu une première fois en 1988 à un collectionneur japonais pour 150 000 dollars, à l’époque, un record pour un « accessoire » de cinéma.

Légende photo

Le piano du film Casablanca (1942) - Estimation 800/ 1.200. 000 USD - Adjugé 602.500 USD - Vente du 14 décembre 2012 chez Sotheby's New York - Photo www.sothebys.com

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque