Multiple Store

Le Journal des Arts

Le 25 janvier 2002

Le Multiple Store s’emploie depuis trois ans à produire des multiples tridimensionnels de très grande qualité. La société a été créée par Sally Townsend, ancienne éditrice indépendante de livres d’art, et Nicholas Sharp, avocat spécialisé dans le domaine de la commande publique. Cette toute petite société est installée dans un minuscule bureau du département des peintures à Central St Martin’s Art School à Londres. Son but est non-lucratif et elle reçoit des financements de l’Arts Council et du London Arts Board afin d’aider les artistes à monter leurs projets, mais ne reçoit aucun denier public pour compenser les frais de production des œuvres d’art. La société est dotée d’un site Web sur lequel il est possible d’accéder à toutes les œuvres, mais il est impossible d’acheter en ligne. La mise en place d’un système de vente en ligne aurait été prohibitive et, par ailleurs, les directeurs sont convaincus que les acheteurs préfèrent toujours voir les œuvres. “Aucun marchand n’envisagerait de faire cela”, a expliqué Sally Townsend. Il faudrait de plus trop de main-d’œuvre et les bénéfices, qui sont partagés à hauteur de 50 % avec les artistes, seraient minimes. Pour l’instant, la société a organisé des expositions à l’Institute of Contemporary Art de Londres, au Yorkshire Sculpture Park et à la Whitechapel, et a participé à plusieurs foires d’art. Les ventes sont conséquentes et les œuvres rejoignent de grandes collections privées, ainsi que des collections d’entreprise comme Unilever ou Simmons & Simmons. “Nous nous adressons aussi tout particulièrement aux jeunes collectionneurs qui travaillent dans le monde de l’art et ne peuvent pas s’offrir une œuvre originale unique”, poursuit Sally Townsend. La société a déjà produit plusieurs éditions, dont le bloc de verre gravé au laser de Langlands & Bell montrant les couloirs aériens du monde. C’est un très bel objet produit en 100 exemplaires et vendu au prix de 950 livres (1 536 euros). Les deux meilleures ventes sont Meteorite landing on the Millennium Dome de Cornelia Parker, aujourd’hui épuisé, et House Rules de Rose Finn-Kelcey dont il ne reste que 15 exemplaires sur l’édition de 80. Son prix de vente est de 395 livres (639 euros). Cette œuvre consiste en une petite enseigne animée qui fait défiler devant le spectateur toute une liste d’interdictions. Objet pertinent et provoquant à la fois, il pourrait presque passer pour un bijou. Le prix de ces objets augmente lorsque les éditions commencent à s’épuiser et ces œuvres auront certainement une valeur à long terme sur le second marché.

Internet : www.multiplestore.org

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°141 du 25 janvier 2002, avec le titre suivant : Multiple Store

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque