Dimanche 21 juillet 2019

Foire

« 13 Art Fair Urban Contemporary » : lancement réussi

Par Éléonore Thery · Le Journal des Arts

Le 18 octobre 2017 - 439 mots

PARIS

La nouvelle foire d’art urbain contemporain, organisée aux Docks, livre une première édition prometteuse.

Paris.« Encore une nouvelle foire de street art ? » C’est sans doute la question que se sont posée nombre d’acteurs du marché de l’art dubitatifs en voyant arriver « 13 Art Fair Urban Contemporary », nouvelle foire parisienne. Dans le champ émergent de l’art urbain contemporain, dont le succès commercial est rapide, les initiatives fleurissent. Après le lancement de l’« Urban Art Fair » au Carreau du Temple au printemps dernier, c’est au tour de cet événement organisé conjointement par Sébastien Boland (fondateur et organisateur de salons) et Mehdi Ben Cheikh (à l’initiative de la Galerie Itinerrance, ou de la « Tour Paris 13 ») de tenter de se faire une place dans ce paysage encombré.

Cette première édition s’est tenue du 12 au 15 octobre aux Docks - Cité de la mode et du Design, dans un environnement urbain au ras de l’eau qui n’est pas sans rappeler New York. Le choix est judicieux pour un mouvement dont les racines sont en grande partie américaines, et qui trouve de multiples ramifications dans ce quartier parisien.
 

Une scène multiple

La foire promettait de présenter « le meilleur de l’art urbain contemporain », prenant soin d’user d’un vocable français (sauf dans son nom !) et de mettre à l’honneur la multiplicité de cette scène d’aujourd’hui, en englobant le street art, le « Low Bro », le « pop surréalisme », la skate culture ou encore le tatoo. Et force est de constater que le pari est plutôt réussi pour ce petit événement réunissant une trentaine d’acteurs dont un beau contingent international tels la revue Hey !, le Street Art Museum d’Amsterdam et des galeries identifiées à l’art contemporain comme la Galerie du Jour-Agnès b…

Dès l’entrée, un véhicule tagué que l’on pourrait croire abandonné et une grande fresque signée Bishop (Parigo) donnaient le « la » d’un événement ouvert à tous, ne réduisant pas une foire à un alignement de stands identiques. Pour un droit d’entrée de 10 euros, le visiteur pouvait regarder ou acquérir des pièces proposées dans une fourchette de prix allant de 2,50 euros pour un minuscule badge à 65 000 euros pour un Shepard Fairey/Obey (galerie Itinerrance). Étaient à voir les peintures de Kan, lointain héritier d’Alain Jacquet (galerie Art in the Game, Londres), le travail de calligraphie du Tunisien Shoof (galerie Yosr Ben Ammar, Tunis), les toiles de Ben Venom ou les dessins de paysages urbains désolés de Stephanie Buer (tous deux représentés par la Hellion Gallery, Portland, Oregon).

« Toutes les galeries ont vendu », assurait à l’issue de la foire Arnaud Oliveux, conseiller artistique de l’événement, par ailleurs responsable de l’art contemporain chez Artcurial.

 

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°487 du 20 octobre 2017, avec le titre suivant : « 13 Art Fair Urban Contemporary » : lancement réussi

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque