Samedi 15 décembre 2018

Marc Newson, l’enfant surdoué du design

L'ŒIL

Le 1 janvier 2004 - 676 mots

Est-il encore nécessaire de rappeler que Marc Newson est australien, qu’il a étudié la sculpture et l’orfèvrerie à Sydney et qu’il a fabriqué lui-même sa chaise longue en métal riveté, la Lockheed Lounge, qui l’a rendu célèbre, surtout lorsque Philippe Starck l’a choisie pour le hall d’entrée du Paramount Hotel à New York, et encore plus lorsque Madonna l’a mise en scène dans son clip Rain. En atteignant le record de 105 000 dollars dans les ventes aux enchères en 2000, cette chaise longue est devenue une icône.
Marc Newson s’est distingué rapidement en imposant une écriture très personnelle, qu’il utilise aussi bien pour dessiner l’intérieur d’un bar, une chaise longue, une bicyclette, une montre ou une casserole. De l’Embrio Chair à l’Alufelt Chair en passant par l’Orgone Lounge, les Salt & Pepper Shakers, le Doorstop ou même le Bath Pillow, une majorité de ses créations s’inscrit dans un registre homogène de formes arrondies, symétriques et pleines, élaborées à partir de la forme stylisée d’un corps féminin, qui se rétrécit à la taille pour s’élargir à nouveau sur les hanches. Newson semble aimer résoudre la question du volume extérieur autour de cette forme féminine, soumise à des variations de proportions et d’échelle afin d’attirer le regard vers ce qui se passe à l’intérieur des meubles. Par le biais d’une ouverture, il laisse souvent apercevoir ce qui existe sous la peau. À l‘intérieur, des couleurs vives signalent la chaleur et l’intimité de ce qui vit au plus profond. La surface en miroir poli de l’Alufelt Chair, par exemple, reflète ce qui l’entoure. Mais lorsque l’on passe derrière le siège, on a tout à coup accès à l’intérieur du corps du meuble. La couleur vive s’étale comme la muqueuse d’une peau. Newson montre ce qui n’est habituellement pas accessible au regard. D’un coup d’œil, on comprend la structure du meuble et on se l’approprie. Par ce jeu de regards rapide, Marc Newson communique de manière instantanée avec le public. Cette immédiateté participe au caractère si contemporain de ses œuvres. Mais contrairement aux objets de consommation qui se multiplient actuellement, les meubles de Marc Newson imposent fortement leur présence. La cohérence du dessin leur donne un caractère d’évidence qui les ancre durablement dans notre paysage. D’autant plus qu’il se montre très rigoureux quant au développement et à la fabrication de ses projets. Parmi ses dernières réalisations, Qantas Sky Bed (2003), montre cette homogénéité entre l’exigence du dessin et la qualité de fabrication. Ce siège d’avion est pris dans une coque. Lorsqu’il se déplie et s’allonge pour former un lit, la tête est couverte par une forme protectrice qui renvoie à celle d’une capote de landau d’enfant, tout en ayant un aspect solide et rassurant qui répond à l’image de sécurité exigée par les compagnies aériennes. Une lumière individuelle en éclaire l’intérieur, on est ainsi isolé et paré pour une nuit de traversée. Le tissu parme et violet confère une élégance à ce siège articulé qui est avant tout très technique. Fasciné par l’univers de l’aéronautique, Marc Newson est assez fou pour aller jusqu’au bout de ses rêves : la fabrication d’un concept jet dont il a lui-même embouti, ajusté et riveté les plaques à la main. La production de Kelvin 40, cet avion de huit mètres de long et d’envergure, a été rendue possible grâce à la fondation Cartier qui l’expose ce mois-ci.
À quarante ans, Marc Newson, que l’on pourrait nommer l’enfant surdoué du design, a réussi à accumuler un nombre incroyable de projets. Il compte ses clients aussi bien parmi les fabricants de meubles tels que Magis, Cappellini, Idee ou Moroso, que parmi les fabricants d’avion comme Dassault ou Qantas, de voiture comme Ford, d’électroménager comme Tefal, de couverts comme Alessi ou encore de produits de luxe, comme Shiseido… La liste est trop longue pour être complète mais montre à quel point il est définitivement un des personnages clés du design contemporain.

« Kelvin 40, un projet de Marc Newson », PARIS, fondation Cartier, 261 bd Raspail, XIVe, tél. 01 42 18 56 50, 24 janvier-2 mai 2004.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°554 du 1 janvier 2004, avec le titre suivant : Marc Newson, l’enfant surdoué du design

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque