Vendredi 28 février 2020

L’Italie crée une force opérationnelle d’urgence pour la culture

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 17 février 2016 - 372 mots

ROME (ITALIE) [17.02.16] – La coalition mondiale de l’UNESCO « Unis pour le patrimoine » lancée en juin dernier par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a débouché sur un premier accord avec l’Italie, qui se dote d’une « force opérationnelle d’experts du patrimoine culturel ».

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, ont signé mardi 16 février, à Rome, un accord pour mettre en place une force opérationnelle d’experts du patrimoine culturel. Cet accord concrétise les objectifs de la coalition mondiale de l’UNESCO « Unis pour le patrimoine », lancée en juin 2015 à l’occasion de 39e session du Comité du patrimoine mondial qui s’est tenue à Bonn (Allemagne).

La force opérationnelle réunira des experts du patrimoine culturel et des carabiniers italiens spécialisés dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels. Déployée sur des sites affectés par des crises, elle permettra de mieux répondre aux situations d’urgence. Mais les détails sur ces « déploiements » sont encore flous.

« Cet accord marque une étape majeure et novatrice dans les efforts que nous avons consentis pour faire reconnaître le rôle important que joue le patrimoine culturel dans la consolidation de l’identité culturelle, de la cohésion sociale et du renforcement de la résilience pendant les périodes de crise. Nous devons par conséquent continuer à plaider pour l’inclusion de la protection du patrimoine culturel dans les actions humanitaire et de paix », a déclaré la Directrice générale.

Les outils juridiques internationaux « fondateurs » ne suffisent plus pour répondre aux défis actuels que rencontre la communauté internationale. Le champ d’application de la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé se voit élargi pour faire face aux destructions systématiques à grande échelle, aux pillages des sites culturels et aux attaques contre la diversité culturelle et contre les minorités culturelles et religieuses.

L’Unesco attend de ce premier accord qu’il serve d’exemple aux autres Etats membres, afin que ceux-ci se mobilisent pour la protection du patrimoine culturel et afin qu’ils appliquent la stratégie adoptée lors de la Conférence générale de l’Organisation qui s’est tenue à Paris en novembre dernier, « notamment à travers les mécanismes de déploiement rapide d’experts nationaux dans les situations d’urgence, sous la coordination de l’UNESCO ».

Légende photo

le logo de la campagne "Unis pour le patrimoine" - Courtesy UNESCO

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque