L'ex-président de la Fondation du Musée Balenciaga est au cœur d’une enquête criminelle pour fraude et mauvaise gestion

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 3 septembre 2009 - 478 mots

GETARIA (ESPAGNE) [04.09.09] – Dix ans après que le projet a été accepté, le musée dédié au couturier Balenciaga n’est toujours pas ouvert. Mariano Camio, concepteur et instigateur du projet, est accusé d’appropriation frauduleuse de fonds publics.

En 1999, Mariano Camio, le maire de Getaria alors en exercice, avait lancé un projet pour la création d’un musée dédié à Balenciaga, l’un des plus grands couturiers du XXe siècle qui est né dans cette ville basque. L’entreprise avait tout de suite reçu le soutien du Ministère de la CUlture et du roi et de la reine ainsi que celui de la crème de la crème de la mode : Emanuel Ungaro, Oscar de la Renta, et Paco Rabanne ont accepté d’être des membres honoraires du Conseil d’Administration et Hubert de Givenchy a été nommé président honoraire de la fondation du musée. Le gouvernement avait concédé 18 millions d’euros de subventions et des femmes de l’aristocratie européenne avaient donné plus de 1 000 vestes et robes signées par le grand couturier.

Mais dix ans se sont passés et le musée n’a toujours pas vu le jour, rapporte le New York Times. En effet, le concepteur et instigateur du projet et ex-président de la fondation du musée Mariano Camio est depuis peu au centre d’une investigation criminelle pour mauvaise gestion. Quand les irrégularités du projet ont commencé à attirer l'attention il y a deux ans, Camio a tout de suite démissioné de son poste à la tête de la fondation "pour motif de santé" et a décidé de ne pas se représenter aux prochaines élections...

Des procureurs l’accusent maintenant d’appropriation frauduleuse de fonds publics, de falsification des facturations et de mauvais usage de la propriété publique, infractions qu’il nie avoir commises. Camio aurait également payé des frais élevés à un ami cubain, engagé en tant que conservateur et architecte du musée, pour des travaux qui n’ont pas été faits.

Un autre problème concerne la conservation des vêtements. Un inventaire n’aurait été pas fait de manière convenable, la conception de l’exposition des articles n’aurait pas été réalisée et, pire, Camio aurait donné des accessoires aux femmes de politiciens locaux. « Tout le monde lui faisait confiance. Il n’y avait aucune supervision de son travail », a expliqué un membre du Parti Populaire qui a conduit l’investigation sur Camio dans le Parlement basque.

Pourtant, selon le président de l’Association espagnole des Créateurs de Mode Modesto Lomba, il s’agit d’un « moment de reprise » du projet. La fondation du musée a engagé des experts judiciaires et financiers pour reprendre les choses en main et une équipe de conservateurs qualifiés a été engagée pour assurer une meilleure conservation des vêtements.

L’ouverture du musée est prévue pour mars 2011 et le procès contre Mariano Camio est toujours en cours.

Légende Photo : Mariano Camio, l'ex-président de la fondation du musée Balenciaga - © Mikel Frale

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque