Les vernissages dans les galeries parisiennes :
semaine du samedi 14 au vendredi 20 juin 2008

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 13 juin 2008

Cette semaine, la peinture est à l’honneur : six vernissages lui sont consacrée. Derrière cette caractéristique commune, les expositions font preuve de diversité : peinture abstraite, figurative, moderne, contemporaine... L’espace Claude Berri, nouvellement ouvert, dévoile sa nouvelle exposition, consacrée à des artistes contemporains indiens.

Caroline LejeuneGalerie Odile Ouizeman

Samedi 14 juin

  • La galerie Odile Ouizeman présente Brûler ou durer, a vanishing world, de Caroline Lejeune. Cette artiste peint de grands paysages en noir et blanc, et définit son travail comme une recherche du désir : « Pour moi, la peinture est une métaphore de la vie. La vie serait comme une promenade, portée par le désir d’aller de l’avant, de marcher. Et pourtant, lorsque nous avançons nous sommes aveugles à ce qui nous entoure. Après quelques heures de marche, nous tombons en arrêt, émerveillés. Et là, nous voyons le paysage, nos yeux se sont enfin ouverts. Sans désir, rien ne peut nous arriver. Ces paysages sont peut être une incarnation du désir d’avancer pour être paradoxalement arrêté. »
    Vernissage de 18h à 21h.
    10-12 rue des Coutures St Gervais, 75003 Paris. Métro St Sébastien Froissard. Ouvert jusqu’au 31 juillet (interruption du 24 juin au 4 juillet), du mardi au samedi de 11h à 19h et sur rdv.
    Site Internet : www.galerieouizeman.com

Dimanche 15 juin

  • La galerie Connoisseur expose les œuvres de Thierry Alonso Gravleur. Ses portraits, réalisés en peinture noire et blanche, sont à la fois inquiétants et fascinants : le regard fixe, les traits à peine esquissés, les visages semblent émerger de la toile et revenir d’un autre monde. L’écrivain américain Nick Tosches en parle en ces termes : « Quand je regarde ses toiles, j’ai l’impression qu’elles se situent au-delà de l’enfer, du purgatoire et du paradis. [Alonso Gravleur] regarde et œuvre depuis un lieu où peu d’entre nous osent jamais s’aventurer : depuis l’obscurité et la lumière secrète que nous recelons, là où les hommes sont des bêtes et les bêtes des hommes ; là où les dieux et les démons partagent une cigarette et un verre de vin avant de poursuivre leur chemin dans l’inconnu. » En cela, Alonso Gravleur retourne aux sources mêmes du portrait : il est né dans la région égyptienne du Fayoum, où les Romains ornaient les sarcophages ce qui permettait aux morts de franchir l’au-delà.
    Vernissage de 18h à 22h.
    28, rue Mazarine, 75006 Paris. Métro St Germain des Prés. Ouvert jusqu’au 6 juillet, du mardi au dimanche, de 15h à 19h.

Mardi 17 juin

  • La galerie Keller inaugure l’exposition d’Istvan Nadler. Ce peintre hongrois présente ici ses œuvres les plus récentes. Nadler réalise des peintures abstraites, rythmées de formes géométriques. A la fois influencé par Malevitch et la peinture de paysage, Nadler peint sur ses toiles des bandes verticales successives qui pourraient paraître austères, mais que son utilisation de la couleur rend vibrantes, vivantes.
    Vernissage de 19h à 21h, en présence de l’artiste et de Lorand Heygi, directeur du musée d’art moderne de St-Etienne.
    13, rue Keller, 75001 Paris. Métro Bastille / Ledru Rollin. Ouvert jusqu’au 26 juillet, du mardi au samedi de 14h30 à 19h.

Mercredi 18 juin

  • La galerie Pierre Alain Challier expose les nouvelles peintures de Nils Udo. A l’origine peintre, Nils Udo s’intéresse à partir des années 60 au land art. Il a réalisé pendant de nombreuses années des installations éphémères et poétiques dans la nature, dont il ne nous reste aujourd’hui que les photographies. En 2004, Nils Udo retourne à la peinture : dans un premier temps en représentant certaines de ses installations, puis progressivement pour revenir à une pratique entièrement tournée vers son sujet de prédilection, la nature.
    Vernissage de 18h30 à 21h30.
    8 rue Debeylleme, 75003 Paris. Métro St Sébastien Froissard. Ouvert jusqu’au 2 août, du mardi au samedi de 11h à 19h.
    Site Internet : www.pacea.fr

Jeudi 19 juin

  • La galerie Jean Fournier présente les œuvres de Chung Sang-Hwa. Ce peintre coréen s’inscrit dans la tradition de la peinture abstraite : ses œuvres sont composées de formes géométriques simples (le carré étant ici une forme récurrente). De teinte souvent unie, la peinture se fait parfois monochrome tant le motif peut y être discret. Pourtant, un regard attentif décèlera la finesse de l’exécution : un jeu de forme et d’espace naît de l’interaction des matériaux (peinture, stylo, encre, toile, papier…) et anime la toile qui paraissait si sage.
    Vernissage de 18h à 20h30.
    22, rue du Bac, 75007 Paris. Métro Rue du Bac. Ouvert jusqu’au 19 juillet, du mardi au samedi, de 10h à 12h30 et de 14h à 18h30.
    Site Internet : www.galerie-jeanfournier.com
  • L’espace Claude Berri propose Indian Focus, exposition collective des artistes Rina Banerjee, Subodh Gupta, Bharti Kher, Valay Shende et Hema Upadhyay. Cette jeune génération d’artistes pratique l’art à travers différents médiums (peinture, sculpture, photographie, vidéo, installation, performance). Ils partagent un regard critique sur la société indienne contemporaine qui, en proie à une globalisation et à une mutation sociale, se situe désormais au cœur d’un réseau de dialectiques opposant tradition et modernité. Les œuvres présentées sont issues de la collection de Claude Berri.
    Vernissage de 18h à 21h.
    4, passage Ste Avoye, 75003 Paris. Métro Rambuteau. Ouvert jusqu’au 30 septembre, du mardi au samedi de 11h à 13h et de 14h à 19h.
    Site Internet : www.espace-claudeberri.com
  • La galerie Jean Brolly propose Recycling Containers de Tatjana Doll. Cette artiste allemande réalise des peintures à partir d’objets du quotidien, qu’elle retranscrit sur ses toiles à taille réelle. Ici, elle s’intéresse aux containers de recyclage du verre, en écho à une première exposition réalisée à la galerie Jean Brolly, Vigilance Propreté. Peinture figurative, l’oeuvre s’inscrit dans une histoire moderne et contemporaine et nous renvoie de par son champ de références à Andy Warhol ou Raymond Hains.
    Vernissage à partir de 14h.
    16, rue de Montmorency, 75003 Paris. Métro St Sébastien Froissard. Ouvert jusqu’au 29 juillet, du mardi au samedi de 11h à 19h. www.jeanbrolly.com
    Site Internet : www.jeanbrolly.com
Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque