Lundi 24 septembre 2018

L’Egypte menace de retirer ses prêts à la Fondation Gianadda

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 21 mars 2008 - 248 mots

LE CAIRE (EGYPTE) [21-03-08] %26ndash; Zahi Hawass, patron des antiquit%26eacute;s %26eacute;gyptiennes, menace de retirer les pi%26egrave;ces ma%26icirc;tresses d%26rsquo;une exposition si la Fondation Gianadda %26agrave; Martigny ne retire pas les photographies expos%26eacute;es %26laquo; nuisant%26raquo; %26agrave; l%26rsquo;image de l%26rsquo;Egypte.

Vu de l'exposition'Offrandes aux dieuxd'Egypte' - %26copy; D.R.

Au cœur de la polémique, les images de la photographe suisse Monique Jacot qui accompagnent l’exposition Offrandes aux Dieux d’Egypte, présentée actuellement à la Fondation Gianadda. L’une d’elles, représentant une vache morte sur les bords du Nil a attiré tout spécialement les foudres du Secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités égyptiennes. Zahi Hawas estime, en effet, que ce type d’images nuit à l’Egypte et à sa civilisation. En conséquence, l’Etat égyptien, l’un des principaux partenaires de la manifestation retirera les œuvres qu’il a prêtées, si les photographies incriminées ne sont pas retirées dans les plus brefs délais.

La demande de retrait formulée par écrit a été adressée au responsable de la Fondation, Léonard Gianadda, qui n’a pas souhaité commenter pour le moment cette décision. Au Caire, le quotidien Rose el Youssef, proche du pouvoir, souffle sur le feu. Dans son édition de mardi, il rapporte que « les photographies montrent que le Nil est un marécage plein de déchets et d’animaux morts (…) » et que Monique Jacot « n’a trouvé à exposer que ces photos préjudiciables malgré la beauté de beaucoup d’endroits qu’elle a visités ». Au pays du fleuve sacré, on ne badine pas avec le Nil qui attire chaque année des millions de touristes. (source : AFP)

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque