Mercredi 18 septembre 2019

Le retable de Weimar par Cranach restauré et exposé pour la fête de la Réforme

Par Cléo Garcia · lejournaldesarts.fr

Le 31 octobre 2014 - 474 mots

WEIMAR (ALLEMAGNE) [31.10.14] – A l’occasion de la messe du 31 octobre qui commémore en Allemagne le début de la Réforme luthérienne, le retable du maître de l’iconographie protestante Lucas Cranach sera visible dans son ensemble pour la première fois depuis cinquante ans après des travaux de restauration.

Le retable de Weimar par Lucas Cranach, un chef-d’œuvre de la peinture protestante et de l’art saxon du XVIe siècle, sera présenté pour la première fois depuis cinquante ans dans son ensemble à l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Weimar, après une restauration de quatre mois qui a permis de rétablir des éléments disparus ou détériorés. Le triptyque sera exposé le 31 octobre 2014 dans le chœur de l’église protestante à l’occasion de la messe tenue pour l’annuelle fête de la Réforme, retransmise sur la chaîne de télévision publique ARD.

Les travaux de restauration comprenaient le nettoyage des panneaux de bois peints à l’huile, des retouches de peinture, une meilleure fixation des dorures du cadre et des réparations du sommet sculpté, orné d’armoiries saxonnes, de Weimar et des duchés ernestins. Des éléments du tombeau princier (Fürstengrab) situé face au retable ont également été restaurés. La prédelle, le panneau inférieur du retable présentant des inscriptions en lettres d’or a été intégralement reconstruit grâce à des dessins et des estampes la documentant, l’original ayant été perdu au cours de la Seconde Guerre mondiale. Le coût de ces travaux de quatre mois s’élève à 53 000 euros, selon la DPA.

Commencé en 1552 par Lucas Cranach l’Ancien et achevé en 1555 après la mort de celui-ci par son fils Lucas Cranach le Jeune, le panneau central du retable représente une scène de crucifixion doublée d’une scène de résurrection du Christ, à la gauche de la croix. A droite, la figure de Lucas Cranach l’Ancien, ajoutée par son fils, se tient aux côtés de Martin Luther. La présence du peintre et de Luther apparaît comme une revendication des commanditaires qui s’affirment en tant que souverains protestants. Ceux-ci sont représentés dans les panneaux latéraux, vêtus du noir luthérien et tournés vers la scène de la Passion. Ils joignent leurs mains dans un geste de prière tout en regardant en direction du spectateur. Le jet de sang, qui jaillit de la plaie du Christ vers la tête du peintre, rappelle que « Le sang du Christ lave de tous les péchés. », comme l’on peut le lire sur la Bible désignée par Luther.

Lucas Cranach l’Ancien est considéré comme le père de l’iconographie protestante en Allemagne. Après sa rencontre avec Luther à Wittenberg avec lequel il tissa des liens d’amitié, il réalisa notamment de nombreux portraits du grand réformateur mais aussi de l’humaniste, philosophe et réformateur Philippe Mélanchthon.

L’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Weimar est aussi intimement liée à l’histoire de la Réforme. Appartenant, à l’Eglise évangélique-luthérienne depuis 1525, Luther y a prêché à de nombreuses reprises.

Légende photo

Cranach l'ancien et Cranach le jeune, Retable de Weimar, 1555

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque