Dimanche 21 octobre 2018

Le pivot d’un réseau de trafic d’art sévissant en France, extradé vers les Etats-Unis

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 15 avril 2010 - 388 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [15.04.10] – Un Israélien accusé d’avoir sciemment vendu des antiquités volées lors de cambriolages effectués en France, à des acheteurs américains a été extradé vers les Etats-Unis et doit comparaître devant la cour fédérale de Manhattan.

Un certain Shlomo Solly Sinaï, désigné par les magistrats français comme le pivot d’un réseau international de trafic d’œuvres d’art dont certaines ayant appartenu à l’antiquaire français, François Fabius – décédé en août 2008 –, le frère de l’ancien Premier ministre Laurent Fabius, vient d’être extradé aux Etats-Unis pour répondre de ses actes devant la justice fédérale de Manhattan, selon Reuters.

Solly Sinai a vendu ou essayé de vendre des dizaines d’œuvres d’art et d’antiquités volées lors de trois cambriolages commis à Paris depuis 1997. Le butin comprenait quelques 200 sculptures antiques japonaises miniatures, quatre pistolets de l’époque de Napoléon et plus d’une centaine de sculptures animalières en bronze par l’artiste Louis Barye, de tableaux et d’objets d’art volés dans la galerie de François Fabius.

L’enquête menée la Brigade de répression du banditisme avait abouti à l’interpellation en Europe des cambrioleurs présumés et à l’identification du réseau de trafic international qui revendait les œuvres en Europe et aux Etats-Unis.

En octobre 2005, le journal Libération revenait sur cette affaire qualifiant l’enquête « gâchée par une invraisemblable accumulation d’incompétences et de légèretés. » L’avocat de François Fabius avait demandé l’ouverture d’une procédure pour obtenir l’arrestation du chef présumé du réseau de trafic en Israël, son extradition et son jugement en France.

La juge d’instruction de l’époque avait refusé de lancer la procédure arguant qu’elle était saisie du vol, mais pas du recel et estimant qu’il était « peu vraisemblable » que le suspect puisse fournir des renseignements pour la saisie des œuvres alors que les autorités des pays concernés étaient prêts à collaborer.

Une nouvelle juge avait fini par renvoyer cinq personnes devant le tribunal correctionnel. Non satisfait, François Fabius avait réclamé que les trois affaires de cambriolages soient prises en charge par le même juge d’instruction, en vain.

L’extradition de Solly Sinaï a été demandée par la Cour des Etats-Unis du District sud de New York. Aujourd’hui, Sinaï qui a été arrêté en France en 2008 et qui depuis a toujours plaidé non coupable pour les accusations de vol et de recel sera placé en détention dans l’attente de son procès.

Légende photo

Cour fédérale de Manhattan - photographe : wallyg - Licence Creative Common 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque