Le Musée départemental Arles antique inaugure sa nouvelle aile

Par Alexandra Houël · lejournaldesarts.fr

Le 3 octobre 2013 - 366 mots

ARLES [03.10.13] – Le Musée départemental Arles antique va inaugurer la nouvelle aile qui a été adjointe au bâtiment afin d’accueillir son trésor national long de 31 mètres, le chaland romain découvert enfoui sous la vase des eaux du Rhône.

La nouvelle aile du Musée départemental d’Arles antique est inaugurée le 4 octobre 2013, après trois ans de travaux. Elle présente pour la première fois au public dans ce nouvel écrin le chaland romain de 31 mètres de long, retrouvé entier dans les eaux du Rhône après sa découverte en 2004.

Classé en 2010 trésor national par le ministère de la Culture et de la Communication, le chaland baptisé « barge romaine Arles Rhône 3 » nécessitait en raison de sa taille la construction d’un espace dédié au sein du musée, afin qu’il puisse y être exposé.

Les différents développements de ce projet ne se sont pas réalisés sans difficultés. D’une part, l’opération d’émersion du chaland de 50 tonnes, et celles de la restauration de cette structure en bois extrêmement fragile et friable ont été un véritable défi pour les équipes qui y ont travaillé sur une période de trois ans seulement.

D’autre part, le projet a été remis en question devant le juge quand l’architecte qui avait construit le bâtiment originel a poursuivi en justice le conseil municipal, qui n’avait pas demandé son autorisation pour les travaux d’extension. Ce dernier avait alors demandé la destruction de la nouvelle aile. Le TGI de Marseille avait finalement jugé au début de l’année 2013 que l’extension pouvait rester en place, à charge pour le conseil de dédommager l’architecte à hauteur de 30 000 euros.

Autour de ce chaland, qui compte parmi les épaves entières issues de fouilles les mieux conservées au monde (avec le Vasa de Stockholm, la Mary Rose de Portsmouth, la jonque Nanhai 1 de Canton, et les bateaux vikings d’Oslo), seront présentés plus de 450 objets découverts sur le territoire maritime, fluvial et terrestre d’Arles, en lien avec la navigation et le commerce sur les eaux. Ils permettent d’appréhender le contexte d’utilisation de cette embarcation âgée de deux millénaires, et de comprendre le poids de l’activité commerciale dans la cité Narbonnaise pendant la domination romaine.

Légende photo

Le musée départemental Arles antique et sa nouvelle extension – vue aérienne – Photo Rémi Bénali – Courtesy CG13 / www.arles-antique.cg13.fr

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque