Le ministre de la Culture de Roumanie démissionne

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 29 avril 2016

BUCAREST (ROUMANIE) [29.04.16] - Vlad Alexandrescu, le ministre de la Culture roumain, a annoncé sa démission le 27 avril suite à une affaire liée au ballet de l’Opéra national de Bucarest. Il dénonce la rigidité des institutions.

A défaut d’avoir résolu un conflit interne au ballet de l’Opéra national de Bucarest, le ministre de la Culture roumain, Vlad Alexandrescu, a annoncé sa démission sur son compte Facebook mercredi 27 avril. Plusieurs représentations de ballets ont été annulées, révèle The New York Times.

Au cœur du conflit figurent le directeur artistique du ballet, le Danois Johan Kobborg (ancien responsable du Ballet royal danois et du Royal Ballet de Londres) et de la danseuse roumaine Alina Cojocaru (étoile du Royal Ballet). Le couple, en passe de se marier, a largement contribué à la renommée internationale de la compagnie roumaine, a su attirer de nouveaux danseurs et a intégré de nouvelles pièces au répertoire du ballet de l’Opéra.

Mais le 12 avril, une annonce sur le site internet de la compagnie a modifié la donne. La nouvelle direction de l’Opéra a « rétrogradé » Johan Kobborg en inscrivant son nom parmi les « artistes » (ou danseurs du corps de ballet) et plus comme directeur artistique. Les deux danseurs ont alors démissionné.

L’incident est devenu une affaire nationale qui a mobilisé la classe politique. Le Premier ministre roumain, Dacian Ciolos, a d’abord rencontré Alina Cojocaru ; son adjoint, Vasile Dancu, s’est ensuite entretenu avec Alina Cojocaru et Johan Kobborg. Le ministre de la Culture est parvenu à un accord pour faire revenir le couple pendant trois mois d’intérim. Mais mardi 26 avril, un nouvel incident s’est produit ; une lettre adressée au département Sécurité du ballet de l’Opéra de Bucarest a interdit l’accès des locaux à Alina Cojocaru et Johan Kobborg ainsi qu’à sept autres acteurs.

Dans sa lettre de démission, Vlad Alexandrescu a expliqué son départ en raison de la « résistance [rencontrée] face aux changements structuraux ». Il dit avoir tenté de tels changements au sein des institutions culturelle roumaines (notamment l’Opéra, les musées, le fonds national pour le cinéma) afin de les aligner avec les standards européens.

Légende photo

Les danseurs Alina Cojocaru, Johan Kobborg et Laura Morera lors d'une représentation du Royal Ballet © Photo Scillystuff - 2007 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque