Jeudi 12 décembre 2019

Le marché de l’art japonais infesté de contrefaçons chinoises

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 31 mars 2009 - 185 mots

TOKYO (JAPON) [31.03.09] – Des faussaires chinois mettent en circulation des contrefaçons de petites sculptures japonaises en ivoire.

Le marché de l’art japonais est envahi par des copies de sculptures japonaises, rapporte l’AFP. Des ateliers à Hong Kong et en Chine se spécialisent dans la fabrication de « netsuke », des sculptures miniatures en ivoire, buis ou corne, portées autrefois à la ceinture du kimono. Les faussaires arrivent à faire de bonnes contrefaçons de netsuke du 19e et du 20e siècle, mais pas d’objets plus anciens.

L’expert en netsuke Robert Fleischel a remarqué une prolifération de faux netsuke sur les sites de vente en ligne et même dans les catalogues de maisons de ventes aux enchères. « Dans un livre sur les netsuke paru aux Etats-Unis en 2007, seuls deux ou trois sont authentiques. Les autres sont tous des faux, affirme l’expert. Et la collection de netsuke du musée d'Orléans est, elle, pratiquement composée de copies. » D’après lui, on lui commande des catalogues depuis la Chine, puis un mois plus tard, les mêmes netsuke se retrouvent sur eBay, bien en-dessous du prix des vrais.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque