Le CENTQUATRE cherche son public et une nouvelle direction

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 18 novembre 2009

PARIS [18.11.09] – Lors du CA du CENTQUATRE le 12 novembre, les deux directeurs de l’établissement parisien ont annoncé qu’ils ne souhaitaient pas être reconduits dans leurs fonctions. Cette décision fait suite au refus de la Ville de Paris d’augmenter les subventions accordées, au regard d’un bilan mitigé de la fréquentation.

Robert Cantarella et Frédéric Fisbach, les deux directeurs du CENTQUATRE (104), le vaste établissement artistique de la Ville de Paris inauguré en grande pompe il y un an, ont décidé de ne pas renouveler leurs mandats. Le 104 changera donc de direction en mars 2010.

La décision a été prise à l’issue du conseil d’administration du CENTQUATRE le jeudi 12 novembre. Le président du CA et adjoint à la culture de la ville Christophe Girard a refusé l’augmentation des subventions de 2 millions d’euros de fonctionnement réclamée par les deux directeurs.

Dans Le Monde, Cantarella explique cette démission : « la ville de Paris nous annonce une baisse de la subvention. Ce qui signifie que nous devrions encore diminuer la part du budget dédiée aux artistes. Avec Frédéric Fisbach, nous ne savons pas faire. Déjà, ces derniers mois, il nous était difficile de ne donner que le minimum aux artistes en résidence » .

Du coté de la mairie, Christophe Girard a pris acte de la décision des deux hommes. Dans une déclaration à l’AFP, il confirme sa position : « Dans une période difficile du point de vue budgétaire, la Ville n’avait pas l’intention d’augmenter la subvention annuelle. » Il n’écarte pas non plus la possibilité d’une baisse de cette subvention « en cas de crise qui dure » .

Un argument budgétaire qui cache mal un certain désaveu de la gestion et du fonctionnement de l’établissement.

En effet, le 104, dont la rénovation a déjà coûté plus de 100 millions d’euros à la mairie, accuse un déficit actuel de 700 000 euros, pour un budget annuel de fonctionnement évalué à 12 millions d’euros, dont une subvention de 8 millions de la mairie. S’ajoute à ce bilan financier dans le rouge une fréquentation qui n’est pas aussi bonne qu’espérée : la direction annonce 500 000 visiteurs en un an, chiffre ramené par la mairie à 300 000. Un chiffre impossible à vérifier puisque le bâtiment est ouvert à tout passage.

Malgré une bonne programmation certes exigeante et pointue (résidence d’artistes comme Tricky, Fleur Albert, des manifestations hébergées, des rencontres jeunes publics ou encore des rendez-vous citoyens), le CENTQUATRE peine à trouver son rythme et une cohérence qui le rendraient lisible auprès du public parisien. Ce que reconnaît Cantarella dans Libération : « On a fait face à une équation difficile et nouvelle. Il fallait mener le projet artistique de résidence, remplir l’espace commercialement et l’ouvrir au quartier. On a été un peu des cobayes » .

Christophe Girard est déjà à la recherche d’un nouveau directeur. Il a précisé au Monde que la mairie va « se tourner vers des gestionnaires plutôt que vers des artistes ». D’après Le Figaro, la Ville cherche à faire des économies, après plusieurs années d’une politique culturelle très coûteuse : le 104, la Philharmonie de Paris, rénovations et subventions en hausse continuelle.

Christophe Girard doit inaugurer une tournée des mairies parisiennes pour examiner les chantiers culturels en cours.

En savoir plus sur le 104

Légende photo

Le 104 - entrée rue Curial © LudoSane

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque