Samedi 16 novembre 2019

Cherbourg-en-Cotentin (50)

Le beau dessin de Winsor McCay accoste à Cherbourg

Musée Thomas Henry - Jusqu’au 1er octobre 2017

Par Vincent Delaury · L'ŒIL

Le 29 août 2017 - 320 mots

Jusqu’alors consacrée à des acteurs importants de la BD européenne (Bilal, Loustal, Pratt, Tardi…), la huitième édition de la Biennale du 9e art de Cherbourg met le cap sur l’Amérique en consacrant une rétrospective à une figure historique de la bande dessinée américaine : Winsor McCay (1869-1934), le fameux dessinateur et scénariste de Little Nemo in Slumberland.

En dévoilant une pléiade de planches originales de cette série culte, toutes issues de collections privées, mais aussi des photographies, des affiches, des journaux et des films d’époque, dont le dessin animé (1918) de l’Américain sur la catastrophe du Lusitania, les commissaires rappellent que Winsor McCay fut non seulement un pionnier de la BD mais également un précurseur du film d’animation. Avec son onirique Slumberland, véritable coup d’éclat graphique, McCay prend vite conscience des potentialités de la bande dessinée, le tout étant rigoureusement agencé, de 1905 à 1911, dans le grand format (56 x 40 cm) d’une page du New York Herald : sa planche, au-delà d’une simple succession de cases narrant l’histoire d’un petit garçon rêvant, est avant tout à expérimenter tel un dispositif global invitant, comme devant un tableau, à une lecture libre. La virtuosité plastique de McCay est telle qu’on n’est pas obligé d’être fan de BD pour apprécier son travail. Si on est tout simplement amateur de beau, alors le ravissement est ici au rendez-vous. Autre atout, si l’exposition est rétrospective, elle n’en est pas moins prospective, le circuit offrant aux visiteurs des vidéos pédagogiques où Schuiten & Peeters font finement dialoguer les chefs-d’œuvre de McCay avec la création contemporaine ; le père de Little Nemo, déjà star de son vivant, a inspiré des créateurs majeurs d’aujourd’hui comme Druillet, Miyazaki, Spiegelman, Chris Ware et… Schuiten, commissaire avec Peeters – les deux auteurs des Cités obscures –, qui possède un original de Little Nemo montré dans le parcours. Comme le dit Art Spiegelman : « Ce type était un génie ! »

« Winsor McCay, de Little Nemo au Lusitania »,
8e Biennale du 9e art, Musée Thomas Henry, Le Quasar, Cherbourg-en-Cotentin (50), www.ville-cherbourg.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°704 du 1 septembre 2017, avec le titre suivant : Le beau dessin de Winsor McCay accoste à Cherbourg

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque