Mercredi 21 février 2018

L'actualité des musées en chantier

Le cube du Världskulturmuseet de Göteborg Arts d'Afrique à l'IUFM de Créteil pour le musée du quai Branly

L'ŒIL

Le 17 décembre 2007

Le cube du Världskulturmuseet de Göteborg
L'ancien musée d'Ethnographie (Etnografiska museet) de la ville de Göteborg fait peau neuve depuis 1999, moment où il a fermé ses portes pour des travaux engagés par le cabinet d'architecture londonien de Cécile Brisac et Edgar Gonzales. Il prend place dans un projet national regroupant quatre institutions. Les trois premières sont à Stockholm : il s'agit du musée d'Ethnographie, à vocation généraliste, qui existe déjà, d'un musée consacré à l'Asie et d'un autre au Moyen-Orient. La quatrième institution sera le National Museum of World Cultures (Världskulturmuseet) de Göteborg, qui doit mettre en œuvre l'idée de « musée-forum », à valeur de lieu de rencontre pour les visiteurs souhaitant échanger leurs impressions sur les problèmes de la société contemporaine. La
collection, elle, sera inchangée : une collection d'ethnographie qui remonte à 1861, sur la base de donations privées effectuées au fil du temps par des voyageurs, des marchands, des militaires et surtout des missionnaires suédois en Afrique du Nord et de l'Ouest, en Asie ou en Amérique, à l'image d'un certain Folke Mattsson qui, en 1884, avait offert tout un ensemble rapporté d'Argentine. La nouveauté vient d’une volonté de mettre en scène ces pièces à l'aide de connaissances interdisciplinaires, combinant les compétences de professionnels des musées et le point de vue des communautés d'origine ; ainsi que la volonté de créer un dialogue avec les visiteurs, lesquels pourront donner leurs impressions en se connectant sur le site web du musée. Pour le moment, un cube translucide de huit mètres de côté, édifié sur le site même de Körsvagen – là où le musée est en construction – fait office de galerie provisoire, de préfiguration, ouvrant ses portes un jour par semaine avec des expositions à sujets relativement interactifs (comme : « When have you first met the world ? »). Le musée reprendra le même concept architectural. La transparence des parois du cube de la galerie apporte un petit plus car elle laisse aux passants la possibilité de voir l'exposition de l'extérieur, à condition d'être prêts à braver les intempéries scandinaves.

Arts d'Afrique à l'IUFM de Créteil pour le musée du quai Branly
Depuis début novembre et jusqu'au 6 février, un partenariat pédagogique pilote a scellé une coopération originale entre le musée du quai Branly et l'Institut universitaire de formation des maîtres de Créteil, qui rencontre un franc succès auprès de la communauté éducative. Six statues igbo du Nigeria, récemment données au musée par Anne et Jacques Kerchache, sont en effet présentées dans le centre de documentation de l'IUFM à Bonneuil-sur-Marne, pour leur première « sortie » publique. Le but, avec cette opération hors les murs, est, comme le soulignent Stéphane Martin, président du musée du quai Branly, et Raphaël Franquinet, directeur de l'IUFM de Créteil, d'approfondir les relations des enseignants et de leurs élèves avec les cultures dites « lointaines » et la création artistique qui les caractérise. Pour favoriser un tel résultat, une formation sur les arts premiers, prodiguée par les scientifiques du musée du quai Branly, relaie tout au long de l'année scolaire 2002-2003 cette exposition, en proposant différents thèmes de conférence jusqu'à la fin juin.

Amphithéâtre de l'IUFM, rue Jean Macé, 94861 Bonneuil-sur-Marne. Entrée gratuite sur réservation : 01 49 56 38 86 ou arts.premiers@creteil.iufm.fr Renseignements complémentaires : www.creteil.iufm.fr ou www.ac-creteil.fr www.quaibranly.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°544 du 1 février 2003, avec le titre suivant : L'actualité des musées en chantier

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque